Violence conjugales : Jacqueline Sauvage est décédée dans le Loiret

Pierre Vaugeois
Juillet 29, 2020

Le 10 septembre 2012, Jacqueline Sauvage abat, de trois coups de carabine dans le dos, son mari Norbert Marot, épousé en 1965.

L'histoire de cette femme avait ému la France entière.

Selon le quotidien La République du Centre, qui a révélé l'information, elle est décédée le 23 juillet à son domicile de La Selle-sur-le-Bied (Loiret), commune d'un millier d'habitants où s'est noué le drame conjugal. Son inhumation a eu lieu mardi dans l'intimité familiale. Interrogée par Europe 1, cette dernière a réagi au décès de Jacqueline Sauvage: "Son dossier a pu faire bouger les choses!" a expliqué l'artiste et humoriste, la qualifiant de "symbole" et n'hésitant pas à hausser le ton concernant les violences conjugales, dont "plus de 300 femmes" meurent chaque année: "Des Jacqueline Sauvage il y en a plein en France et dans le monde et on ne fait pas assez pour elles!"

Reconnue coupable de meurtre aggravé, elle avait été condamnée en octobre 2014 à dix ans de prison ferme, avec une période de sûreté automatique et incompressible de cinq ans.

Sa condamnation avait alors suscité la polémique, entraînant de nombreuses manifestations et des débats jusqu'aux hautes sphères politiques.

Le 31 janvier 2016, François Hollande avait décidé d'accorder une grâce partielle, ce qui avait permis à Jacqueline Sauvage de solliciter une liberté conditionnelle. Soutenue par un large mouvement sur les réseaux sociaux, elle est devenue un symbole des maltraitances faites aux femmes. Sa résistance a mobilisé tout un pays. A sa libération, elle était retournée vivre à La Selle-sur-le-Bied.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL