Zone euro: chute du PIB de 8,7 % en 2020, pire qu'attendu

Xavier Trudeau
Juillet 8, 2020

D'après les estimations du Statec, le PIB va se contracter de 6% en 2020 avant de rebondir de 7% en 2021. "Ces prévisions montrent les effets économiques dévastateurs de cette pandémie", a souligné le commissaire européen à l'Économie, Paolo Gentiloni. Cette dernière anticipe cette année une récession sans précédent et pire qu'attendu, mais dans ce contexte morose le Luxembourg apparaît moins impacté. Du jamais-vu toutefois pour le pays depuis la crise sidérurgique en 1975.

Ainsi, pour l'année en cours, la Commission table désormais sur une contraction du PIB en volume de 8,7 % en zone euro et de 8,3 % pour l'ensemble de l'Union - contre 7,7 % et 7,4 % respectivement dans les prévisions de printemps.

"L'impact économique du confinement est plus fort que ce que nous avions initialement prévu. Nous sommes loin d'être tirés d'affaire et devons faire face à nombreux risques, y compris une nouvelle vague majeure d'infections", souligne Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission, cité dans un communiqué.

A l'inverse, "la disponibilité rapide d'un vaccin contre le coronavirus" et un accord des Etats membres sur le plan de relance de l'économie proposé par la Commission auraient des conséquences positives.

Coronavirus : le PIB de la zone euro devrait chuter de 8,7% en 2020, selon la Commission européenne
La Commission européenne s'attend à une récession de plus de 10% en France en 2020

L'exécutif européen a dû revoir à la baisse ce mardi ses prévisions de croissance pour 2020 et 2021 du fait d'un confinement plus long et des mesures de déconfinement qui se sont opérées à un rythme beaucoup plus lent que ce qu'elle avait alors prévu.

L'Allemagne fait à l'inverse partie des pays - avec le Luxembourg, Malte et la Finlande - qui devrait le mieux limiter la casse, avec un PIB en recul de 6,3 % cette année et une reprise à 5,3 % en 2021. Les chiffres sont là encore comparables à l'Allemagne alors que l'Italie, l'Espagne et la France - les Etats de la zone euro les plus frappés par le virus en nombre de morts - sont touchés de plein fouet.

L'Italie verrait ainsi son PIB dégringoler de 11,2% en 2020, avant de rebondir en 2021 (+6,1%). Le PIB espagnol chuterait de 10,9% en 2020 puis se redresserait à +7,1% en 2021. Quant au PIB français, il pourrait reculer de 10,6% cette année, puis reprendre à 7,6% l'an prochain.

Bruxelles souligne cependant que les "risques" qui pèsent sur la croissance restent "exceptionnellement élevés".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL