15 000 manifestants "anti-masques" dans les rues de Berlin — Coronavirus

Claudine Rigal
Août 2, 2020

Plusieurs milliers de manifestants rassemblés à Berlin ont réclamé, samedi, l'abolition des mesures contraignantes pour combattre le Covid-19.

Estimés à quelque 15'000 par la police, les manifestants étaient finalement bien moins nombreux que les 500'000 annoncés par les organisateurs de cette mobilisation intitulée 'la fin de la pandémie - Jour de la liberté'. Ils ont été dispersés par la police, faute de porter des masques. "La distance, les règles d'hygiène et les masques servent à nous protéger tous; de cette façon, nous nous traitons mutuellement avec respect". Les manifestants dont la plupart ne portaient pas de masque et ne respectaient pas la distanciation physique d'1,50 mètre réglementaire en Allemagne, s'étaient dirigés vers la porte de Brandebourg.

Pas de distanciation sociale, pas ou très peu de masques pour ces manifestants.

"C'est une pure tactique de peur: je ne vois pas du tout de danger avec le virus. J'ai connu beaucoup de malades en mars, des skieurs, des vacanciers, il se passait vraiment quelque chose en février, mais maintenant il n'y a plus de malades", a affirmé Iris Bitzenmeier, une manifestante, à l'AFP.

"Les gens qui ne s'informent pas d'eux-mêmes, à l'inverse de nous, restent ignorants et croient ce que le gouvernement leur dit".

La police de Berlin, qui à l'aide de mégaphones a à plusieurs reprises appelé les manifestants à respecter les gestes barrières, a annoncé sur Twitter avoir 'déposé une plainte' contre l'organisateur de l'événement en raison du 'non-respect des règles d'hygiène'. La devise "jour de la liberté" étant le titre d'un film d'une réalisatrice nazie qui évoque une conférence du parti d'Hitler en 1935. Selon l'agence Reuters, la manifestation a notamment rassemblé des libertariens, des militants anti-vaccins, ainsi qu'un groupe de membres de l'extrême droite allemande.

Des responsables politiques allemands se sont insurgés de cette prise de risque. Saskia Esken, responsable des sociaux-démocrates, parti minoritaire de la coalition gouvernementale avec les conservateurs d'Angela Merkel, a fustigé ces 'Covidiots'. Irresponsable!', a-t-elle twitté.

Jan Redmann, chef de file de la CDU au parlement du Land de Brandebourg, s'est également offusqué: "1.000 nouvelles infections par jour encore et à Berlin il y a des manifestations contre les mesures anti-coronavirus? Nous ne pouvons plus nous permettre ces dangereuses absurdités".

Si l'Allemagne a jusqu'à présent été plutôt épargnée par la pandémie qui y a fait moins de 9.200 morts, les autorités s'alarment d'une lente reprise des infections. Ce samedi 1er août, le nombre de nouvelles contaminations constatées en l'espace de 24 heures a atteint le nombre de 955, du jamais vu depuis le 9 mai dernier selon l'Institut sanitaire Robert Koch.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL