Alstom veut rectifier les conditions de rachat de Bombardier Transport

Xavier Trudeau
Août 10, 2020

Alstom est toujours intéressée par la division ferroviaire de Bombardier, mais la société française a prévenu, lundi, que les problèmes persistants d'exécution au sein de cette division pourraient influencer la teneur de ses pourparlers avec la multinationale québécoise.

Dans un communiqué, lundi, Alstom a estimé qu'il s'agissait d'évolutions négatives et non prévues, en suggérant que cela ferait partie des pourparlers visant à conclure l'acquisition de Bombardier Transport.

Alstom déclare donc qu'il 'tiendra compte des conséquences de ces évolutions financières et opérationnelles lors des discussions à venir avec Bombardier Inc, et tiendra le marché informé, le cas échéant'.

Les deux groupes ont obtenu le mois dernier un feu vert conditionnel de la Commission européenne à l'opération, valorisée 6,2 milliards d'euros et qui doit faire d'Alstom le numéro deux mondial du secteur derrière le chinois CRC. Au cours du deuxième trimestre, la division transport de Bombardier a en outre dû inscrire une charge additionnelle de 435 millions $ US.

En réaction aux résultats dévoilés la semaine dernière par Bombardier Transport, Alstom affirme 'maintenir sa forte conviction dans le rationnel stratégique de l'acquisition' de l'équipementier ferroviaire canadien. Le groupe est " confiant dans sa capacité à rétablir à moyen terme la rentabilité et les performances commerciales des activités de Bombardier Transport", poursuit-il. Soit un chèque total à signer pour cette dernière, sauf renégociation, compris entre 2,63 et 2,78 milliards d'euros, en fonction des conditions de clôture.

Basé à Berlin, Bombardier Transport a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 8,3 milliards de dollars américains (7 milliards d'euros), bouclant l'année avec un carnet de commandes de 35,8 milliards de dollars (30,1 milliards d'euros).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL