La maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions — Beyrouth

Xavier Trudeau
Août 10, 2020

Alors qu'on l'a croyait détruite par le souffle de l'explosion survenue à Beyrouth le 4 août dernier, la maison de Carlos Ghosn à Beyrouth est finalement toujours debout. La maison en question "n'a pas été détruite (.) seules les vitres étaient un peu endommagées", a-t-il pu confirmer. "Tout Beyrouth est détruit". La maison a été toutefois endommagée dans l'explosion survenue sur le port de Beyrouth. La catastrophe a été provoquée par l'explosion de très nombreuses tonnes de nitrate d'ammonium à l'abandon.

Selon un dernier bilan, 137 personnes sont mortes et 5.000 ont été blessées.

"Nous allons bien, mais la maison est détruite", aurait-elle déclaré au journal O Estadao de S. Paulo. La bâtisse rose, de style colonial, était alors devenue mondialement connue. Contacté par l'Agence France Presse, l'entourage de Carlos Ghosn confirme. La maison n'est "pas du tout détruite" même si elle "est endommagée" "comme beaucoup de maisons dans le quartier".

Interrogé par mail par l'AFP samedi 8 août en début d'après-midi, l'auteur de l'article a maintenu les propos attribués à Carole Ghosn dans son papier.

Dans un nouvel article publié samedi et consulté par l'AFP, le journal brésilien a précisé les circonstances des événements, citant "une source proche de la famille" et ajoutant que Carlos et Carole Ghosn ne s'y trouvaient pas au moment de l'explosion. À leur retour, "ils auraient réalisé que les dégâts n'étaient pas si graves", avance le quotidien.

Le 9 janvier, la justice libanaise lui a interdit de quitter le pays à la suite d'une demande d'arrestation d'Interpol, le Japon réclamant son extradition.

La famille Ghosn vit à Beyrouth depuis son évasion spectaculaire de Tokyo où l'ancien PDG de Renault était assigné à résidence dans le cadre d'une enquête d'évasion fiscale et d'abus de confiance menée au Japon.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL