Les masques ne seront pas gratuits pour les élèves — Rentrée scolaire

Evrard Martin
Août 26, 2020

Avant cela, Jean Castex sera l'invité de la matinale de France Inter.

Alors que la rentrée scolaire se profile, les préoccupations quant à la gestion de la propagation de la Covid-19 sont nombreuses.

Obligatoire également pour les enseignants en élémentaire, le masque est en revanche seulement " recommandé " pour ceux de maternelle, ce qui provoque l'incompréhension de Guislaine David, du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire.

"Évidemment, tout élève ayant oublié son masque sera dépanné", précise-t-on.

Assoupli pour permettre la rentrée de tous les élèves français mardi prochain, ce protocole a simplement varié la semaine dernière pour imposer le port du masque à partir du collège.

Il est déjà obligatoire dans tous les espaces clos recevant du public ainsi qu'en extérieur dans des quartiers fortement fréquentés de plusieurs métropoles dont Paris et Marseille. Le masque pour les élèves est une fourniture comme une autre, comme la trousse ou les cahiers.

Le ministre a par ailleurs rappelé que l'allocation de rentrée scolaire pour les familles modestes avait été augmentée de 100 euros cette année, tenant compte du contexte économique et sanitaire complexe.

A quelques jours de la rentrée scolaire, qui ne sera pas reportée selon Jean-Michel Blanquer jeudi 20 août, Rodrigo Arenas, co-président de la FCPE, dénonce le " déni de réalité " dans lequel se trouve le ministre de l'Education, et annonce l'ouverture vendredi d'une pétition par sa fédération. "Si vous avez un masque et que vous le lavez régulièrement, ce n'est pas un coût gigantesque", a-t-il poursuivi. Cette volonté d'aller sur une démocratie de l'opinion, en communiquant avec les parents et les enseignants via la télévision, plutôt que d'être dans la concertation d'un dialogue social, arrive à ses limites.

Ce protocole "prévoit toutes les situations" et "nous permet d'assurer nos deux objectifs: protection pour tous et éducation pour tous", a rétorqué M. Blanquer, en annonçant un léger durcissement des règles s'agissant du masque.

Pour les zones où le virus circule activement: "Chaque école et chaque établissement est un cas particulier". Des fermetures de classes pourront être ordonnées, ainsi qu'un reconfinement partiel des élèves concernés.

Les cantines seront-elles rouvertes?

"Un protocole sanitaire a été élaboré en juillet et le texte est clair", a-t-il indiqué en introduction.

Un reconfinement local est-il possible?

. "L'éducation nationale est en France, aujourd'hui, plus que jamais primordiale", a assuré d'emblée M. Blanquer. Des adaptations pourront être mises en place localement en fonction de l'évolution de l'épidémie.

Le retour en classe est-il obligatoire pour tout le monde? . "On ne peut pas relativiser l'éducation scolaire".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL