L'UE réserve 300 millions de doses de vaccins auprès de Sanofi

Xavier Trudeau
Août 1, 2020

L'Union européenne n'est pas en reste: elle a annoncé vendredi avoir sécurisé la réservation de 300 millions de doses de vaccins auprès de Sanofi et GSK pour 2021.

Les discussions entre le laboratoire pharmaceutique et la Commission européenne viennent en effet d'aboutir à la réservation de 300 millions de doses de vaccin, que chaque Etat-membre de l'Union européenne pourra alors commander à des conditions avantageuses.

Quelques heures avant l'annonce européenne, Sanofi et le laboratoire britannique GSK ont annoncé qu'ils allaient recevoir jusqu'à 2,1 milliards de dollars des États-Unis pour le développement de leur potentiel vaccin anti Covid-19, après avoir été sélectionnés pour fournir 100 millions de doses aux Américains.

Selon Bruxelles, " le contrat envisagé avec Sanofi fournirait une option à tous les Etats membres pour acheter le vaccin ".

" Ce vaccin sera largement produit en France", s'est félicitée auprès de l'AFP Agnès Pannier-Runacher, ministre française déléguée auprès du ministre de l'Economie. Dernier en date, l'accord annoncé vendredi entre Sanofi et GSK avec les Etats-Unis, pour un financement supérieur à deux milliards de dollars.

A propos du candidat vaccin développé par Sanofi et GSK, ces responsables indiquaient que l'UE souhaitait retarder certains paiements en attendant que ces produits franchissent plusieurs étapes de développement. Cette collaboration "permettra de financer les activités de développement et l'augmentation des capacités de fabrication de Sanofi et de GSK aux Etats-Unis pour la production du vaccin", fait valoir Sanofi.

Les travaux de recherche pour développer un vaccin contre le coronavirus continue dans le monde, alors que la pandémie poursuit sa progression. Passer des accords avec des Etats leur permet de partager les risques. Mercredi Sanofi et GSK avaient également annoncé un accord sur 60 millions de doses avec le Royaume-Uni.

Sanofi anticipe de lancer son essai clinique de phase I/II en septembre, avant l'étude de phase III (la toute dernière étape) d'ici à la fin de l'année, pour une approbation qui pourrait avoir lieu au premier semestre 2021.

Cette compétition est polémique, car elle pose la question de l'accès aux vaccins pour les pays en voie de développement, qui n'ont, eux, pas les moyens de financer des contrats si importants, nourrissant les craintes de les voir servis en dernier.

Mi-juin, la Commission européenne avait publié une " stratégie Vaccins ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL