Plus de 200 salariés de Hop! manifestent près de l'aéroport — Nantes

Xavier Trudeau
Août 2, 2020

Ils sont entre 150 et 200 salariés de Hop, filiales d'Air France, salariés du siège social de Nantes mais aussi venus de Morlaix en Bretagne, de Lille dans le Nord, ou encore de Paris. Certains sont arrivés très tôt ce matin, dès 6h en car.

Refusant la suppression de la moitié des emplois dans l'entreprise, ils ont installé des pancartes, un cercueil avec une croix pour symboliser "la mort de la compagnie" et ont démonté, à l'aide d'une masse, le grand panneau métallique avec le logo Hop! signalant le siège de la compagnie.

Le mouvement était symbolique: 50 salariés de Hop! ont manifesté à Nantes, jeudi, contre la fermeture du site morlaisien où 276 personnes vont perdre leur emploi. "On voudrait avoir recours au chômage de longue durée pour voir comment le trafic aérien va évoluer d'ici deux ans, et voir avec les partenaires sociaux la reconstruction de Hop!". "Pas d'annonce en revanche de la part de la direction, mais vendredi 31 juillet, un CSE extraordinaire devrait se tenir".

"On va passer de 2.420 équivalent temps plein en mai 2020 à 1.401 à l'horizon 2023", a expliqué le président de Hop!, Pierre-Olivier Bandet, lors d'un point presse dans l'après-midi.

Pendant la manifestation de Nantes, une centaine de salariés de Hop! et d'Air France, la plupart masqués, se sont rassemblés à la mi-journée à Bordeaux devant la principale agence Air France du centre-ville, ont constaté des journalistes de l'AFP. Ils protestent contre les suppressions d'emplois annoncées par cette filiale d'Air France.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL