Pompeo sur Bolton: un "Traître qui livre des secrets de l'Amérique"

Pierre Vaugeois
Août 1, 2020

"Les conversations de Trump avec Xi reflètent non seulement les incohérences de sa politique commerciale mais aussi l'interconnexion dans l'esprit de Trump entre ses propres intérêts politiques et l'intérêt national américain", poursuit John Bolton, 71 ans, conseiller à la sécurité nationale d'avril 2018 à septembre 2019.

Dans son livre, l'ancien conseiller révélait que c'était une évidence que Trump n'avait pas apprécié la tournure de ce sommet.

C'est lui qui aurait convaincu le président américain de se retirer de l'Accord de Vienne et d'envisager sérieusement l'option militaire pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique.

L'action en justice indique: "En termes simples, le défendeur a conclu un marché avec les États-Unis comme condition de son emploi à l'un des postes les plus sensibles et les plus importants du gouvernement américain en matière de sécurité nationale, et veut maintenant revenir sur ce marché en décidant unilatéralement que le processus de relecture avant la publication est terminé, et en jugeant lui-même si des informations confidentielles doivent être rendues publiques ".

L'affaire ukrainienne avait valu au Président une procédure de destitution.

"Uniquement en présence des interprètes, Xi avait expliqué à Trump pourquoi, en gros, il construisait des camps de concentration dans le Xinjiang".

Invité sur ABC news à l'occasion de la sortie de son livre, l'ancien conseiller a qualifié Trump "d'inapte à gouverner".

"Ces gens doivent être exécutés, ce sont des ordures", lui aurait dit le président républicain. D'après l'auteur du livre, Pompeo, apparemment l'un des plus fidèles partisans de Trump, dénigre secrètement les efforts diplomatiques du locataire de la Maison Blanche, notamment sur la question de la République populaire démocratique de Corée (RPDC). "Selon lui, lors de l'entretien en 2018 avec l'ancienne première ministre britannique Theresa May, un officiel britannique a appelé le Royaume-Uni " une puissance nucléaire", et Trump a ainsi répliqué: " Oh!

Dans une interview pour le Wall Street Journal, le président se défend, traitant alors son ancien conseiller de "menteur". Il révèle notamment qu'il avait conseillé à Donald Trump de ne pas trop investir dans le plan du siècle, car il ne se faisait aucune illusion sur une volonté des " Palestiniens " d'arriver à une solution du conflit, mais de se concentrer plutôt sur le danger iranien. Pour cause, Kim Jong-un avait snobé Pompeo lors de son voyage, préférant aller inspecter un champ de patates.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL