Assassinat de Jamal Khashoggi : huit accusés écopent de peines de prison

Claudine Rigal
Septembre 8, 2020

La justice saoudienne a condamné, lundi 7 septembre, à des peines allant de sept à vingt ans de prison, huit accusés jugés pour leur implication dans la mort du journaliste Jamal Khashoggi, assassiné en octobre 2018 dans les locaux du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, en Turquie, rapporte la chaîne de télévision Al Arabia.

"Ce procès sans public ni journalistes n'a pas permis de connaître la vérité et de comprendre ce qui s'est passé le 2 octobre 2018 au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul [où Jamal Khashoggi a été assassiné]", a commenté Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF).

Un tribunal saoudien a condamné lundi huit personnes à des peines allant de sept à 20 ans de prison pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, révisant un verdict précédent comportant cinq peines de mort, selon l'agence officielle SPA.

La justice saoudienne s'est elle-même saisie de l'affaire. " Les autorités saoudiennes ont clos ce dossier sans que le monde sache la vérité sur qui est responsable du meurtre de Jamal " a-t-elle regretté. Depuis le début de la procédure judiciaire en Arabie saoudite, il n'y a eu "que des tentatives répétées de dissimulation", a déclaré Ines Osman, directrice de MENA, une ONG de défense des droits humains basée à Genève.

Ce dernier jugement, qualifié de verdict final, intervient après que les fils de Jamal Khashoggi ont annoncé en mai " avoir pardonné " ses tueurs. La famille avait alors démenti. Il était âgé de 59 ans au moment de sa mort et ses restes n'ont jamais été retrouvés.

Les personnes condamnées n'ont pas été identifiées.

Ce meurtre a plongé l'Arabie Saoudite dans l'une de ses pires crises diplomatiques et terni l'image du prince héritier Mohammed ben Salmane. Après cet horrible assassinat, Ryad dégagera sa responsabilité dans un premier temps avant de reconnaître sous la pression de la communauté internationale que le journaliste avait été tué par des agents saoudiens qui ont pris l'initiative de passer à l'acte sans en recevoir l'ordre. Surnommé " MBS ", il avait été désigné par des responsables turcs et américains comme le véritable commanditaire du meurtre.

En juillet, la Turquie a ouvert un procès pour juger 20 Saoudiens par contumace.

Les deux hommes ont été officiellement évincés du cercle politique de MBS.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL