Changement de cap — Traitement Covid

Evrard Martin
Septembre 7, 2020

Ce faisant, font partie des cas probables, selon la nouvelle mise à jour du protocole de traitement pour la gestion des cas "Covid-19" de la Direction de l'épidémiologie et de lutte contre les maladies au sein du ministère de la Santé tous ceux ayant eu contact avec une personne probable ou positive à la covid-19, en lien avec un foyer infectieux identifié, un professionnel de santé exerçant dans une structure hospitalière ou un laboratoire chargé des analyses médicales et du dépistage de la pandémie.

L'objectif de cette mise à jour est, d'une part, réduire le délai de prise en charge en démarrant le traitement le plus rapidement possible et, d'autre part, améliorer les conditions de prise en charge des cas.

En se référant au nouveau protocole, un cas suspect est toute personne présentant des signes d'infection respiratoire aigüe (par exemple: toux, mal de gorge, difficulté respiratoire) avec ou sans fièvre, ou une fièvre supérieure ou égale 38°C non expliquée par une autre étiologie évidente, accompagnée, de myalgies ou de céphalées, ou bien une infection respiratoire aigüe sévère nécessitant une hospitalisation.

Pour les cas probables, le traitement commencera après examen clinique et sans attendre le résultat du test PCR. " Compte tenu de la situation épidémiologique nationale actuelle de Covid-19 et conformément aux recommandations du comité technique et scientifique consultatif de la prévention et du contrôle de la grippe et des IRA, le protocole de prise en charge des cas d'infection au SARS-CoV-2 a été actualisé", indique le ministère dans une circulaire adressée aux directeurs des centres hospitalo-universitaires.

Le ministère de la Santé a également inclus parmi les cas possibles d'infection par le Coronavirus, des personnes décédées sans cause apparente si le décès était consécutif à un essoufflement et que le défunt s'était mêlé à une autre personne possible ou confirmée avec le virus. Pour les contacts présentant des comorbidités, le traitement doit être entamé le plus tôt possible sans confirmation virologique et sans attendre le résultat de la PCR. Le contraire ne fait qu'augmenter le risque d'éventuelles complications de santé pour le patient et la forte probabilité de son décès, et que l'attente contribue à la propagation du virus. Du côté du protocole thérapeutique, le ministère indique qu'un bilan pré-thérapeutique, comportant notamment un ECG, doit être fait au préalable pour éliminer toute contre-indication au traitement.

Les cas asymptomatiques sont pris en charge pendant 7 jours, avec 14 jours d'isolement, tandis que les cas symptomatiques subissent un traitement de 10 jours, en isolement pour la même durée. Ainsi, la durée du traitement peut être prolongée de 5 jours, avant d'envisager le traitement de 2ème intention.

Pour leur part, les cas symptomatiques sont mis sous traitement de première intention pendant une durée de 10 jours, avec un isolement d'une durée totale de 14 jours. Quid de la prise en charge?

Les cas asymptomatiques ou symptomatiques bénins, sans aucun facteur de risque, sont pris en charge à domicile, notant qu'un suivi régulier de l'état de santé doit être assuré par le centre de santé de proximité afin de détecter précocement tout signe d'aggravation ou effet indésirable du traitement. Dans l'ordre, il y a les cas asymptomatiques qui ne présentent aucune manifestation clinique, puis les patients bénins avec des symptômes évocateurs de Covid-19 sans signes de pneumonie, ensuite les cas modérés (avec un ou plusieurs facteurs de risque), sévères (signes de gravité) et critiques.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL