Coronavirus: L'épidémie repart de plus belle en France

Evrard Martin
Septembre 27, 2020

"On est toujours dans une phase ascendante de l'épidémie, quasiment tous les indicateurs sont en hausse", souligne vendredi Sophie Vaux, épidémiologiste à l'agence sanitaire. La semaine dernière, le nombre de personnes ayant fréquenté les urgences après avoir pensé avoir les signes du covid-19 a augmenté de 21%, et de 34% en termes hospitalisations.

À lire aussi: Coronavirus à Lille: Le détail des mesures après le passage en zone d'alerte renforcéeCoronavirus à Marseille: " On ne peut pas prendre le risque de tergiverser", affirme Olivier VéranCoronavirus: Se dirige-t-on vers une fronde des collectivités face aux mesures gouvernementales? L'agence note une circulation du virus en plus en plus forte. Le nombre de décès liés à une infection au coronavirus, reparti à la hausse il y a deux semaines, a de nouveau progressé de 25 % la semaine dernière, avec 332 morts à l'hôpital ou en Ehpad, précise Santé publique France dans son point hebdomadaire.

Le taux de nouveaux cas d'infection a ainsi été "multiplié par quatre depuis mi-août" chez les 75 ans et plus, atteignant 55,4 pour 100 000 habitants, et par trois chez les 65-74 ans, à 44,5 pour 100 000 habitants.

Selon les dernières statistiques disponibles, c'est en Europe que le virus circule le plus rapidement actuellement, avec une hausse de 22% du nombre de contaminations par rapport à la semaine précédente - contre 3% au niveau mondial.Sur le Vieux continent, le nombre de nouveaux cas quotidiens a presque quadruplé depuis début juillet. Entre le 14 et le 20 septembre, 66 671 nouveaux cas positifs ont été confirmés en France, soit une hausse de 8%. "On aimerait tous annoncer une stabilisation, mais c'est beaucoup trop tôt pour en parler, on n'est pas du tout sûr que ça soit le cas", a-t-elle insisté. Le taux d'incidence en France augmente (+ 7 cas pour 100 000 habitants. par rapport à la semaine passée) alors que le taux de dépistage est en baisse (- 80 tests pour 100 000 habitants). Enfin, le nombre de clusters serait sous-estimé.

Santé publique France, qui calcule aussi ce " R " via les passages aux urgences pour suspicion de covid-19, a développé une troisième méthode d'évaluation, à partir des hospitalisations de patients.

C'est le chiffre que les autorités sanitaires surveillent de près.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL