Des centaines nouvelles arrestations à Minsk — Biélorussie

Claudine Rigal
Septembre 14, 2020

La police bélarusse a annoncé dimanche avoir procédé à des arrestations à Minsk en marge de la manifestation hebdomadaire de l'opposition, qui conteste la réélection jugée frauduleuse du président Alexandre Loukachenko en août.

Dans les rues de la capitale, des dizaines de milliers de partisans de l'opposition ont protesté, lors de ce défilé baptisé "marche des héros ", en référence aux victimes de la répression.

La police biélorusse a arrêté brutalement samedi plusieurs dizaines de manifestantes participant à un rassemblement de milliers de personnes dans les rues de Minsk pour protester contre les violences policières et la fraude électorale, selon des médias locaux et des défenseurs des droits de l'Homme.

#Belarus. Happening right now in #Minsk.

Svetlana Tikhanovskaïa, candidate à la présidentielle qui revendique la victoire face à M. Loukachenko et qui est désormais exilée en Lituanie, a salué dans une vidéo "un peuple véritablement héroïque" qui continue son "combat pour la liberté".

La semaine passée a été marquée par l'arrestation rocambolesque d'une de ses proches, Maria Kolesnikova. Elle est désormais en détention, accusée d'"atteinte à la sécurité nationale ".

Une seule membre de la direction du Conseil de coordination créé par l'opposition pour négocier une transition au pouvoir est encore en Biélorussie et en liberté. Il s'agit de la prix Nobel de littérature Svetlana Alexievitch, qui a fait l'objet d'intimidations.

La réélection le 9 août à la présidence de cette ex-république soviétique d'Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, avec un score de 80 %, a donné lieu à un mouvement de contestation sans précédent en Biélorussie, pour dénoncer un scrutin frauduleux.

Depuis le début du mouvement, des milliers de personnes ont été arrêtées et les accusations de torture de prisonniers se sont multipliées. L'Union européenne et les États-Unis ont prévu de sanctionner les cadres du régime.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé vendredi à "un dialogue large et inclusif" au Bélarus, ce à quoi le président se refuse.

Lors de ce tête-à-tête de plus de quatre heures, M. Loukachenko a confirmé à Vladimir Poutine " son intention d'apporter des modifications à la Constitution", selon le Kremlin.

Une telle assistance permettrait au Kremlin de rappeler la profonde dépendance économique de ce pays à l'égard de son " grand frère ". Mais il a pris un virage à 180 degrés dès le début de la contestation, se présentant comme le dernier rempart de la Russie face à une offensive occidentale.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d'appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL