General Electric : Bruno Le Maire fustige les plans sociaux d'"aubaine"

Xavier Trudeau
Septembre 12, 2020

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a dénoncé ce jeudi les plans sociaux "d'aubaine" annoncés ou envisagés par certaines entreprises, citant notamment l'exemple de l'américain General Electric qui prévoit de restructurer certaines activités en Europe.

"Il y a des difficultés et ça peut amener certaines décisions, mais certainement pas des décisions d'aubaine". "[Mais] les plans sociaux d'aubaine ne sont pas acceptables et nous ne les laisserons pas passer", a-t-il prévenu, ajoutant que le ministère de l'Economie emploiera " tous les moyens " à sa disposition " pour [les] refuser ".

Concrètement, le géant américain veut faire mincir ses divisions dédiées aux équipements pour les barrages et celle spécialisée dans les réseaux électriques en Europe.

Ce second plan social qui secoue Belfort n'a rien à voir, en terme d'ampleur, avec le premier plan social qui touche depuis l'année dernière le secteur des turbines à gaz: 485 suppressions de postes sur les sites de Belfort et Bourogne.

Dans un communiqué, la direction de General Electric estime que "les divisions GE Grid Solutions et GE Hydro Solutions sont chacune confrontées à une dynamique de marché complexe et génèrent des pertes financières importantes". Ce plan, qui devrait être annoncé lors d'un nouveau comité européen la semaine prochaine, devrait signifier la fermeture pure et simple de GE hydro à Belfort où travaillent les anciens salariés d'Alstom.

"Nous veillerons à ce que General Electric respecte ses engagements", a-t-il assuré, indiquant qu'il parlerait prochainement au PDG du groupe américain, Larry Culp.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL