Israël et Bahreïn annoncent un accord "historique" de normalisation de leurs relations

Claudine Rigal
Septembre 12, 2020

Cette déclaration intervient après un accord de paix historique signé, jeudi, entre les Emirats Arabes Unis et Israël sous l'égide de Donald Trump.

Le communiqué commun diffusé par Washington précise que Bahreïn se joindra à une cérémonie de signature prévue mardi à la Maison-Blanche en présence du Premier ministre israélien. "Nos deux grands amis Israël et Bahreïn ont conclu un accord de paix", a ajouté le locataire de la Maison-Blanche.

Depuis le début de soirée, les rumeurs se multipliaient dans les médias israéliens sur cet accord de normalisation, le deuxième en un mois avec un pays du Golfe, et le quatrième avec un pays arabe après l'Égypte (1979) et la Jordanie (1994).

Dans un communiqué commun entre les États-Unis, Israël et Bahreïn, les dirigeants des trois pays annoncent l'établissement de relations diplomatiques entre Israël et le royaume de Bahreïn.

"Je suis conscient que beaucoup d'Arabes estiment que les Emirats Arabes Unis ont " trahi " le peuple Palestinien en ayant signé un Accord de Paix avec Israël, ce sont leur interprétation des choses". Et il y en aura d'autres.

Saëb Erekat, le négociateur en chef des Palestiniens, a annoncé le rappel de l'ambassadeur palestinien à Bahreïn. "L'accord entre Bahreïn et Israël est un coup de poignard dans le dos de la cause palestinienne et du peuple palestinien", a déclaré à l'AFP Ahmad Majdalani, ministre des Affaires sociales de l'Autorité palestinienne.

"L'ouverture d'un dialogue direct sur la création de liens entre ces deux sociétés dynamiques et économies développées va permettre de confirmer la transformation du Moyen-Orient et accroître la stabilité, la sécurité et la prospérité dans la région", est-il écrit dans ce communiqué.

Après l'annonce, mi-août, de l'accord entre Israël et les Emirats, les Palestiniens avaient accusé Abou Dhabi de trahison et de violation du consensus arabe qui faisait du règlement du conflit israélo-palestinien une condition sine qua non à la normalisation avec l'Etat hébreu.

Il avait reçu l'autorisation de survoler l'Arabie saoudite bien que Ryad n'ait pas de relations avec l'Etat hébreu. Les deux émissaires avaient pour objectif de convaincre leurs interlocuteurs, notamment à Riyad, Manama et Maskat de normaliser leurs relations avec Israël.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL