L'épidémie repart de plus belle en France — Coronavirus

Evrard Martin
Septembre 26, 2020

"L'épidémie de covid-19 en France est toujours dans " une phase ascendante", a averti ce vendredi Santé publique France, relevant plusieurs points " inquiétants " pour les semaines à venir et invitant à rester " prudents " devant les quelques signes de stabilisation".

" On est toujours dans une phase ascendante de l'épidémie, quasiment tous les indicateurs sont en hausse ", a expliqué Sophie Vaux, épidémiologiste à Santé publique France, lors d'un point presse en ligne.

La semaine dernière, les passages aux urgences pour des cas possibles de coronavirus ont progressé de 21%, les hospitalisations de 34% et les nouvelles admissions en réanimation de 40%, ce qui constitue une augmentation "exponentielle ", a précisé Sophie Vaux.

À lire aussi: Coronavirus à Lille: Le détail des mesures après le passage en zone d'alerte renforcéeCoronavirus à Marseille: " On ne peut pas prendre le risque de tergiverser", affirme Olivier VéranCoronavirus: Se dirige-t-on vers une fronde des collectivités face aux mesures gouvernementales? L'agence note une circulation du virus en plus en plus forte. Concernant le nombre de décès, il est reparti à la hausse il y a deux semaines et augmenté de 25% la semaine dernière avec 332 décès enregistrés dans les hôpitaux et au sein des Ehpad. Cette progression était déjà de 8 % la semaine précédente, mais était nettement supérieure fin août et début septembre, avec des augmentations du nombre de cas allant de 20 % à 57 %.

Autre point clé, le service public de santé estime que "l'augmentation des nombres de cas confirmés" est certainement sous-estimée, en raison de la "saturation des capacités diagnostiques".

" Ce sont des chiffres qui nous inquiètent parce que ça laisse présager qu'on va avoir une poursuite des hospitalisations, des admissions en réanimation et possiblement des décès", dans les semaines à venir, a-t-elle déclaré.

Santé publique France observe aussi que le délai moyen entre l'apparition des symptômes et le prélèvement chez les personnes malades reste stable, à trois jours. Il évoque aussi une "probable sous-estimation du nombre de clusters" (foyers de contamination).

C'est le chiffre que les autorités sanitaires surveillent de près.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL