La Grèce commande 18 Rafale à la France

Claudine Rigal
Septembre 13, 2020

La France décroche un gros contrat d'armement. sur fond de tensions en Méditerannée orientale.

La décision de ne pas prolonger sa mission est vue comme "une étape pour donner sa chance à la diplomatie", écrit le journal qui établit un lien avec des tentatives de lancer des pourparlers entre la Grèce et la Turquie.

Kyriakos Mitsotakis a annoncé un "important" programme d'achats d'armes, comprenant notamment 18 avions de combat français Rafale.

"Kyriakos Mitsotakis a précisé que la Grèce allait se procurer 18 chasseurs de fabrication française Rafale, ainsi que des frégates et des hélicoptères, recruter 15.000 soldats supplémentaires et financer davantage son industrie de défense". Selon Kyriakos Mitsotakis, le programme prévoit également la rénovation de quatre frégates et l'acquisition d'armes antichars, de torpilles et de missiles.

"Il s'agit d'un programme important qui formera un bouclier national", a déclaré le Premier ministre. Il a assuré que ce programme devrait permettre la création de milliers d'emplois.

De son côté, la ministre française des Armées, Florence Parly, s'est félicitée de cette commande grecque sur Twitter: "Une excellente nouvelle pour l'industrie aéronautique française et une première: un pays européen veut se doter d'avions de combat Rafale".

Les tensions entre Athènes et Ankara se sont aggravées depuis le lancement en août d'une campagne turque de prospection gazière dans une zone contestée de Méditerranée orientale riche en hydrocarbures. Le chef du gouvernement grec a accusé ce samedi son voisin de " menacer " les frontières orientales de l'Europe et de " mettre en péril " la sécurité régionale.

La Turquie a indiqué à plusieurs reprises être prête au dialogue sans conditions, mais la Grèce affirme que des pourparlers ne pourront avoir lieu que quand Ankara cessera ses "menaces".

La France a clairement affiché son soutien à la Grèce en déployant des navires de guerre et des avions de combat dans la région, une initiative vivement dénoncée par le président turc. Emmanuel Macron et ses six homologues du sud de l'UE ont également exhorté jeudi la Turquie à cesser sa politique de "confrontation" en Méditerranée orientale et l'ont menacée de sanctions européennes.

" Ne cherchez pas querelle au peuple turc, ne cherchez pas querelle à la Turquie", a lancé à Emmanuel Macron le président turc Recep Tayyip Erdogan dans un discours télévisé à Istanbul, ce samedi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL