L'aide d'urgence s'organise après les incendies du camp de Lesbos

Claudine Rigal
Septembre 11, 2020

Selon les pompiers, le camp a été presque entièrement détruit. Mais selon les pompiers, il n'y aurait que des blessés légers.

" La quasi-totalité du camp est en feu, aussi bien à l'intérieur que les tentes qui se trouvent à l'extérieur dans l'oliveraie". Plus de 3.000 tentes, des milliers de conteneurs, des bureaux de l'administration et une clinique au sein du camp ont été brûlés. "Des demandeurs d'asile fuient le camp à pied en direction du port de Mytilène mais sont bloqués par les véhicules des forces de l'ordre", a décrit un photographe de l'AFP sur place. D'autres se sont abrités dans les collines environnant le camp.

L'incendie aurait été déclenché par des migrants qui se sont rebellés contre des mesures d'isolation destinées à empêcher la propagation du coronavirus dans le camp.

Après la réalisation de 2.000 tests de dépistage, 35 personnes ont été détectées positives au Covid-19 à Moria et mises à l'isolement.

Un traversier a été dépêché jeudi vers l'île, où "l'état d'urgence " a été déclaré, pour héberger les sans-abri et deux bâtiments de la marine nationale grecque doivent augmenter la capacité d'hébergement.

Des migrants attendent d'être enregistrés pour entrer dans un nouveau camp temporaire sur l'île grecque de Lesbos le 12 septembre 2020
EN PHOTOS - Le plus grand camp de migrants de Lesbos, en Grèce, ravagé par un incendie

Depuis l'île française de Corse, où avait lieu un sommet des pays du sud de l'Europe, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a exhorté l'Union européenne à placer la crise migratoire au coeur de ses préoccupations. Tous les réfugiés du camp ont l'interdiction de quitter l'île, a-t-il ajouté. Aucune victime n'est à déplorer. Des milliers de manifestants ont exigé mercredi à travers l'Allemagne que leur pays prenne aussi en charge des migrants. "Nous devons au plus vite déterminer comment nous pouvons soutenir la Grèce", a déclaré sur Twitter Heiko Maas.

La "catastrophe" de Moria, comme l'a qualifiée l'Allemagne, a provoqué un élan de solidarité dans le pays et a relancé le débat sur l'accueil des demandeurs d'asile en Europe, au sujet du quel les pays de l'UE se déchirent.

A Bruxelles, la Commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson a de son côté confirmé des "discussions en cours" entre Etats membres de l'UE à propos des 400 mineurs non accompagnés, qui ont été transférés mercredi soir de Lesbos sur le continent. "Le gouvernement néerlandais est ouvert à une demande de la Grèce pour accueillir un contingent de mineurs et de familles après les terribles événements dans le camp grec de Moria", a déclaré le vice-ministre à la Justice et la Sécurité Ankie Broekers-Knol, dans un communiqué.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a souligné que l'UE se tenait "prête à aider ": la Commission a déjà annoncé qu'elle prenait en charge le transfert immédiat vers la Grèce continentale de 400 enfants et adolescents.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL