L'armée américaine réduit encore sa présence en Irak

Claudine Rigal
Septembre 10, 2020

Nous devons poursuivre notre coopération contre l'EI avec nos partenaires en Irak et Syrie, a-t-il dit, soulignant la confiance de Washington dans la capacité des forces irakiennes à opérer de façon indépendante.

La Maison-Blanche avait fait savoir mardi qu'une annonce était proche sur une nouvelle réduction des troupes américaines en Irak, où les soldats américains qui pourchassent les cellules dormantes djihadistes sont confrontés aux attaques croissantes de factions pro-iraniennes.

Au cours de sa campagne de 2016, Trump a promis de mettre fin auxguerres sans fin " Comme il les appelle souvent.

Le président américain Donald Trump a déclaré lundi que les principaux dirigeants du département de la Défense voulaient continuer à mener des guerres afin de garder les entrepreneurs de la défense "heureux".

Nous pensons que c'est maintenant un bon moment pour réduire nos troupes et maintenir la stabilité du pays, grâce à la formation donnée par nos soldats à l'armée irakienne, a-t-elle ajouté.

L'armée américaine a quitté l'Irak vers la fin 2011, laissant derrière juste une petite mission rattachée à l'ambassade américaine.

Les troupes américaines déployées en Irak contribuent à la lutte contre l'organisation Etat islamique (EI) mais les responsables de la coalition internationale jugent les forces irakiennes désormais aptes à contenir cette menace par elles-mêmes.

Les tensions entre Washington et Téhéran sont montées d'un cran en janvier 2020 quand l'armée américaine a éliminé à Bagdad le puissant général iranien Qassem Soleimani et l'Irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, chef opérationnel du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-Iran.

Lors de discussions en août à Washington avec le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi, M. Trump avait de nouveau évoqué un retrait militaire d'Irak mais il était resté vague sur son ampleur et le communiqué officiel publié après la rencontre faisait état d'un "redéploiement" des forces américaines.

D'autres insistaient sur un retrait total des forces étrangères d'Irak. Mais s'ils ne se retirent pas complètement, nous les combattrons. Le général Mark Milley, président des chefs d'état-major interarmées, a également exprimé ses regrets d'avoir traversé Lafayette Square avec Trump lors de ce qui s'est avéré être une séance de photos pendant les manifestations.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL