Le plan stratégique de Suez 2030 est en avance — Suez

Xavier Trudeau
Septembre 23, 2020

ATOS et SIEMENS ont annoncé mercredi l'extension pour cinq ans de leur partenariat stratégique, entamé en 2011, qui vise à accélérer les objectifs de Siemens dans les domaines de la modernisation et de la numérisation des services, du numérique centré sur les données, de la transformation du "cloud" et de la cybersécurité.

Lundi soir, l'action Suez a clôturé sur un cours de 14,835 euros.

Suez entend ainsi répondre à l'offre d'achat jugée hostile de Veolia en insistant sur ses "priorités d'investir dans les services à valeur ajoutée pour favoriser la croissance de Suez afin d'être le leader indépendant, agile et dédié aux services à l'environnement", comme l'indique son directeur général Bertrand Camus dans un communiqué. "Le prix en est une des composantes", a-t-elle dit, alors qu'Engie a demandé à Veolia d'améliorer son offre de rachat de ses 29,9 % de parts dans Suez. Suez a également affirmé mardi que ce rapprochement menacerait 10.000 emplois dans le monde, tandis que Veolia a affirmé que son projet préserverait les emplois.

Elle a ainsi dévoilé une accélération du retour aux actionnaires pouvant atteindre au moins 2 milliards d'ici à fin 2022, dont autour de 1 milliard au titre du dividende ordinaire, à 0,65 euro par action en 2021 et en augmentation à 0,70 euro en 2022. Le dividende ordinaire, qui n'avait jamais été augmenté depuis l'introduction en Bourse de Suez en 2008, s'établirait à 0,65 euro par action en 2021 puis 0,70 euro par action en 2022. "Nous avons besoin d'un peu de temps pour préparer des offres alternatives", a-t-il déclaré.

" Le programme de rotations d'actifs est bien avancé, avec la première vague achevée et la deuxième en discussions avancées, et pour des niveaux de valorisation significativement supérieurs aux objectifs initiaux du plan SUEZ 2030", a par ailleurs expliqué Suez. De l'ordre de 900 millions d'économies seront atteint dès 2022.

Suez (18,01 mrds€ de chiffre d'affaires en 2019) programme un chiffre d'affaires supérieur à 16 mrds€ en 2021 et supérieur à 17 mrds€ en 2022. L'EBIT est estimé à environ 1,35 à 1,50 milliard d'euros en 2021 et à environ 1,7 milliard d'euros en 2022.

Le groupe de services aux collectivités a revu à la hausse les économies annuelles prévues à l'horizon 2023, tablant désormais sur 1,2 milliard d'euros, contre 1 milliard d'euros précédemment, comme l'avait révélé L'Agefi la semaine dernière. Le groupe vise un résultat net récurent par action entre 0,75 et 0,80 euro en 2021 et entre 0,90 et 1 euro en 2022. Sur le même horizon, des investissements de 3 milliards d'euros seront réalisés pour stimuler la croissance organique.

En complément, un milliard d'euros "pourrait venir renforcer les investissements dans la croissance organique et inorganique, en fonction des opportunités et en accord avec notre stricte discipline financière, ou faire l'objet d'une distribution extraordinaire". La rentabilité des capitaux employés (ROCE) serait comprise entre 6,5% et 7%, contre 4,9% en 2019.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL