Malus écologique : 40 000 € de "Méga" malus en 2021

Xavier Trudeau
Septembre 29, 2020

La prime à l'achat des véhicules électriques, de 7.000 euros en 2020, baissera au cours des années prochaines.

Présenté ce jour, le lundi 28 septembre, le Projet de Loi des Finances 2021 (PLF 2021) fait apparaître un nouveau durcissement du malus écologique automobile pour l'année prochaine.

Pour rappel, le texte soutenu fin 2019 par Barbara Pompili prévoyait une taxe de quinze euros par kilo sur tous les modèles thermiques de plus de 1300 kilos et tous les véhicules électriques de plus de 1700 kilos, avec un plafond fixé à 10'000 euros. Le gouvernement maintient également une prime de 2.000 euros pour tous les véhicules hybrides rechargeables jusqu'à la fin de l'année 2020. Elle passera à 1.000 euros en 2021. Le ministre de l'Économie a indiqué que l'État français maintiendrait "la prime à la conversion généreuse de 3 000 euros pour les ménages modestes". L'enveloppe totale pour ces dispositifs est d'environ 500 millions d'euros, sur un total de 1,9 milliard prévus dans le plan de relance pour soutenir la demande en véhicules propres.

Bruno Lemaire s'est félicité que ces aides aient pu fonctionner et contribuer à l'achat de 55 000 véhicules électriques depuis le début de l'année. Ce débat-là est désormais repoussé au futur projet de loi qui doit concrétiser les propositions issues de la Convention citoyenne pour le climat.

Si le malus va plafonner à 40 000 € pour un véhicule émettant plus de 225 g/km de CO2 en 2021, il atteindra la coquette somme de 50 000 € en 2022. Là aussi, le seuil de déclenchement du malus sera une nouvelle fois abaissé de 131 g/km de CO2 à 123 g/km de CO2.

La Plateforme automobile (PFA), qui représente les entreprises du secteur en France, a regretté dans un communiqué "une très forte progression des montants de malus " et la baisse à venir des bonus écologiques.

Dans ce projet de loi de finances 2021, un crédit d'impôt spécifique sera proposé afin de favoriser l'installation de bornes de recharge de véhicules électriques sur les places de stationnement résidentiel.

Quant aux pompes à carburant, le tarif réduit de l'E10 va progressivement être supprimé, avec l'alignement sur deux ans des trois tarifs de taxe sur les carburants (TICPE), le SP95, le SP95 E10 et le gazole.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL