Québec met en place un système d'alertes régionales à quatre paliers

Evrard Martin
Septembre 11, 2020

Il va guider le gouvernement dans ses décisions, a déclaré le ministre de la Santé, Christian Dubé, en conférence de presse, mardi, à Montréal.

"Avec ce système d'alertes et d'interventions régionales, notre gouvernement a trouvé le juste équilibre: assurer au maximum la protection de la santé de la population, tout en réduisant au minimum les impacts des mesures sur notre société et notre économie", indique le ministre Dubé.

Le palier 1 (vert), ce qui actuellement le cas au Saguenay-Lac-Saint-Jean, exige les mesures de sécurité sanitaire de base bien connue, soit la distanciation physique, le lavage des mains et l'étiquette respiratoire. Personne ne veut retourner à un confinement comme ce printemps", a essentiellement dit le ministre dans ses explications sur cet outil qui a nécessité plusieurs mois de préparation et qui établit la "nouvelle normalité.

En termes de mesures "de base qui pourraient être renforcées", M. Dubé a évoqué que, si une région passe du vert au jaune en préalerte, par exemple, l'accès à des lieux publics pourrait devenir davantage contrôlé et les inspections effectuées plus fréquemment.

Chaque région sera identifiée selon quatre paliers d'alerte distincts, chacun définissant des mesures de plus en plus fortes pour faire échec à la pandémie. L'addition de ces trois critères, avec la tendance du nombre de cas (à la baisse ou à la hausse), fixe le palier d'alerte pour chacune des régions administratives du Québec. Le dernier niveau d'alerte (ROUGE) comprend notamment l'interdiction des déplacements interrégionaux jugés non essentiels et la réduction de certains services commerciaux. La contamination est communautaires. Elle a des effets sur nos milieux de vie, comme les écoles.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL