Un incendie ravage le camp de réfugiés à Lesbos — Grèce

Claudine Rigal
Septembre 10, 2020

Un responsable local a affirmé que les tentes avaient été "délibérément incendiées" et que les auteurs de l'incendie avait "profité des vents forts" qui soufflaient.

"C'était prémédité. Les tentes étaient vides", a déclaré Michalis Fratzeskos, maire adjoint pour la protection civile, à la chaîne publique ERT. Ils ont précisé que, pour l'instant, "il n'y a pas de victimes, mais quelques blessés légers avec des problèmes respiratoires dus à la fumée". Selon les pompiers, " des feux épars dans la prairie autour du camp, mais aussi à l'intérieur de la structure " mobilisent 25 pompiers et dix véhicules pour évacuer le camp le plus sordide d'Europe, qui héberge actuellement près de 12 700 demandeurs d'asile, quatre fois sa capacité d'accueil.

Des dizaines de personnes erraient parmi les conteneurs calcinés, certaines retirant des affaires, d'autres prenant des photos à l'aide de leurs téléphones portables.

Des renforts de la force anti-émeutes ont également été dépêchés sur place.

Selon le président du syndicat des pompiers de Lesbos, le camp est " brûlé à 99 % et le feu continue ".

L'Allemagne, qui assure la présidence tournante de l'Union européenne, a demandé aux pays de l'UE d'accueillir des migrants du camp et appelé de manière "urgente" à parvenir à une avancée vers une politique migratoire commune au sein de l'Europe.

La Commission européenne a annoncé mercredi qu'elle prenait en charge le transfert vers la Grèce continentale de 400 enfants et adolescents se trouvant dans le camp de réfugiés de Moria, sur l'île de Lesbos, en proie aux flammes.

Migrants wear facemasks as they stand outside the Moria camp on the island of Lesbos during a major fire there
Selon le président du syndicat des pompiers de Lesbos le camp est brûlé à 99 % et le feu continue

La Norvège a indiqué qu'elle allait accueillir 50 occupants du camp, prioritairement "des familles originaires de Syrie ". "Les gens dans le camp de Moria vivent déjà dans des conditions difficiles en temps normal". Tous les réfugiés du camp ont l'interdiction de quitter l'île, a-t-il ajouté. Le Daily Mail rapporte de son côté que les pompiers ont expliqué avoir été empêchés d'entrer dans le camp et criblés de jets de pierres par des groupes de migrants. "Des demandeurs d'asile fuient le camp à pied en direction du port de Mytilène, mais sont bloqués par les véhicules des forces de l'ordre", a-t-il ajouté.

Deux bâtiments de la marine grecque se rendront jeudi à Mytilène pour héberger d'autres migrants et des tentes vont être installées.

Le premier cas de coronavirus avait été détecté à Moria la semaine dernière et le camp a été immédiatement placé à l'isolement pour quinze jours.

D'après l'agence de presse grecque ANA, les feux auraient été déclenchés à la suite de la révolte de certains demandeurs d'asile qui devaient être placés en isolement, ayant été testés positifs au coronavirus ou proches d'une personne ayant été détectée positive.

Avec l'incendie, "tout le monde s'est dispersé et les cas positifs se sont mélangés aux autres désormais", s'inquiète mercredi matin une source policière à Lesbos. Ce serait un acte de rébellion après la découverte des 35 cas de Covid-19 et la mise en quarantaine du camp, car ONG et migrants considèrent qu'il est impossible d'y appliquer les mesures barrières, et que le virus s'y serait rapidement propagé.

Ces dernières années, le camp de Moria a été décrié pour son manque d'hygiène et son surpeuplement par les ONG qui appellent régulièrement les autorités grecques à transférer les demandeurs d'asile les plus vulnérables vers le continent. La quasi-totalité du camp a été détruite. De janvier à fin août, cinq personnes ont été poignardées dans plus de 15 attaques. En mars dernier, une fillette avait perdu la vie dans un conteneur brûlé.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL