Bond de 60 % des cas de cancers d'ici 20 ans

Evrard Martin
Octobre 6, 2020

Elle a pour objectif de sauver des millions de vie par la sensibilisation. 11 000 nouveaux cas de cancer ont été recensés en 2015 au Niger. Les cancers du sein et du col de l'utérus sont les plus répandus chez la femme.

D'après le rapport, les cancers les plus fréquemment diagnostiqués sont le cancer du poumon, le cancer du sein, les cancers colorectaux et le cancer de l'estomac.

En outre, les services de santé ne sont pas équipés pour prévenir, diagnostiquer et traiter les cancers.

Depuis 2012, le Niger fait face à une hausse des cas de cancer. L'OMS invite les gouvernements à œuvrer sans relâche à l'amélioration des services de prise en charge du cancer.

Dans les 20 prochaines années, l'OMS prédit une augmentation sévère des cancers dans les pays pauvres. Pour finir, il a exhorté les filles, sœurs et mamans de la tranche de 25 à 49 ans vivant à Cotonou à se rendre massivement au Centre Hospitalier Universitaire Mère-Enfant Lagune (Chumel), à l'Hôpital de Zone de Suru-Léré et dans les Centres de Santé de Gbégamey, Ahouansori et Missessin afin de se faire dépister et traiter gratuitement pour les lésions précancéreuses et le cancer du col. Il n'a pas manqué de réitérer la gratitude du peuple béninois à la fondation Lalla Salma et à l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui accompagnent le ministère de la santé dans le projet dénommé Care4Afrique. De nombreuses stratégies ayant un bon rapport coût-efficacité ont fait leurs preuves pour ce qui est de réduire la charge du cancer. Dans son message à la population béninoise, le ministre Benjamin Hounkpatin a fait savoir qu'au Bénin, les estimations font état de plus de 8000 nouveaux cas de cancer enregistrés chaque année et près de 6000 décès dus à cette maladie. Et d'ajouter que l'Organisation aide les pays à inciter les responsables de l'élaboration de politiques et décideurs à mobiliser davantage de fonds et à garantir les ressources nécessaires à la prévention et au dépistage précoce du cancer, ainsi qu'au traitement et aux soins palliatifs. L'OMS souligne également l'importance de la vaccination contre l'hépatite B.

A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer ce 4 février, Docteur Matshidiso Moeti, directrice de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique subsaharienne, a présenté la situation globale de cette maladie dans la région.

L'année 2020 marque le milieu de cette campagne qui se veut un appel à l'action stimulant qui incite à l'engagement personnel et représente le pouvoir et l'impact qu'une action individuelle entreprise aujourd'hui a sur demain.

La majorité des cancers peuvent être prévenus si l'on adopte un mode de vie sain. Le tabagisme, l'obésité et la pollution figurent parmi les principales causes de la maladie citées par l'OMS. L'OMS recommande ainsi d'arrêter le tabac et l'alcool, de pratiquer un exercice physique au moins 30 minutes par jour, de consommer en abondance une grande variété de végétaux (fruits, légumes, légumineuses) et d'aliments à base de grains entiers, et d'éviter les aliments trop gras et trop sucrés.

Dans les Etats à revenu faible ou intermédiaire, le nombre de cas de cancers devrait même augmenter de 80%.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL