Christian Dubé demande aux Québécois de ne pas lâcher leurs efforts

Evrard Martin
Octobre 18, 2020

Le nombre d'hospitalisations se situe à 507 cas (une hausse de 14), dont 87 personnes (une augmentation de 4) aux soins intensifs. Pour faire une différence notable, il faut impérativement observer une réduction des contacts sociaux de près de 25% dans la population.

Mais si on ajoute à ces mesures une amélioration de 25 % de l'adhésion à la distanciation physique, c'est-à-dire une réduction d'un contact sur quatre, on pourrait assister non seulement à une stabilisation de la courbe, mais même à un déclin.

"Bien qu'on doive rester prudents dans l'interprétation de ces résultats, ce sont des projections qui sont encourageantes, estime Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux".

Le ministre se réjouit que l'étude de l'INESSS semble démontrer que la capacité d'hospitalisation se serait stabilisée, "mais elle est encore fragile". On suit notre plan de match, on est où on voulait être en milieu de mois, mais je vous le dis: la partie n'est pas gagnée!

Les mesures annoncées par le gouvernement au début du mois d'octobre pourraient suffire à aplatir la courbe, mais pour la faire fléchir, on devra aussi sabrer encore un peu plus dans nos contacts sociaux, a-t-on prévenu. Je vous avais dit si on continue comme ça, on va frapper un mur.

Dubé et Dr Arruda ont d'ailleurs demandé un petit effort supplémentaire aux Québécois. Elles démontrent que les efforts de tous les Québécois commencent à porter fruit, et que les mesures mises en place fonctionnent.

Parmi ses recommandations, l'INSPQ suggère de réduire le nombre de ses contacts de 25 %. Cette moyenne est passée à 3 contacts par jour durant le confinement du printemps, mais est remonté autour de 5 durant le déconfinement de l'été. Depuis, les Québécois s'en tiennent à une moyenne de cinq ou six. "Et avec un effort supplémentaire de la population (...) on est confiants qu'on réussit vraiment à contrôler la propagation de l'épidémie", a résumé la docteure Sauvé. "Je vous demande d'éliminer un de ces contacts, car cela ferait un très grosse différente" a expliqué le ministre. "Je suis certain qu'on est capable de casser la vague", déclare le ministre Christian Dubé.

- Avec les graphiques, on voit le pouvoir de la réduction des contacts. Selon celles-ci, le nombre de cas, d'hospitalisations et de décès aurait augmenté de façon "exponentielle" si les Québécois avaient maintenu le même niveau de contacts au cours des dernières semaines.

Néanmoins, il est pratiquement évident que les mesures demandées pour une période de 28 jours en octobre seront prolongées au-delà.

N'empêche, les deux prochaines semaines seront "critiques" afin de dégager une "marge de manœuvre" dans le réseau de la santé.

"La normalité qu'on a eue à la fin d'août, on ne l'aura pas à la fin d'octobre, a-t-il mentionné".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL