Décès du linguiste Alain Rey, figure du dictionnaire "Le Robert"

Pierre Vaugeois
Octobre 29, 2020

Dès l'enfance, Alain Rey "a été fasciné par les mots, leur musique et leur image, leur évidence et leur étrangeté, leur richesse et la lumière qu'ils projettent sur les choses et les êtres", rappelle Le Robert sur son site. Il était originaire de Pont-du-Château (Puy-de-Dôme), où une bibliothèque porte déjà son nom. " C'est quelqu'un qu'on estimait beaucoup, un grand homme de lettres. Avocat algérois, Paul Robert entend donner à la langue française un "nouveau littré". Pour Alain Rey, foin des canons de la langue, c'était la vivacité de la langue qui comptait, sa modernité. De nouveaux peuples parlent, écrivent le français et enrichissent une langue bien vivante. Sans lui, il n'y aurait pas eu de belgitude, de gayole, de fricadelle, de prépension ou de brol dans le Petit Robert. Alain Rey était devenu " la " référence de la langue française, à qui on faisait appel pour débroussailler les incongruités, les polémiques, les disputes linguistiques qu'il résolvait d'ailleurs toujours avec bon sens, érudition et talent. Alain Rey savait également parler aux plus jeunes, comme ici en 2017 où il analysait les paroles du groupe de rap PNL pour Jack.

A travers la chronique quotidienne consacrée aux mots dans l'édition du matin des journaux de France Inter entre 1993 et 2006, il se fait connaitre au grand public. Lauréat de nombreux prix, il a enseigné aux Etats-Unis (dans l'Indiana), à la Sorbonne, a présidé la commission de terminologie (dépendant du ministère de la Culture).

L'œuvre de sa vie s'intitulait Le dictionnaire historique de la langue française, publié en 1992 et ressorti récemment en version augmentée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL