Il faut que Castex arrête d’essayer de dire des trucs — "TéléCovid"

Claudine Rigal
Octobre 13, 2020

Face à la dégradation de la situation épidémique dans le pays, le gouvernement veut passer à la vitesse supérieure.

"Nous sommes dans une deuxième vague forte", a prévenu le Premier ministre lundi sur franceinfo, sur fond d'envolée des nouveaux cas positifs et d'hôpitaux guettés par la saturation, surtout en Ile-de-France. Il a aussi confirmé que le rôle des polices municipales sera "revu", "pour l'armement et leurs prérogatives en matière de constatation d'infractions".

Il a estimé que les Français avaient, en particulier pendant les vacances estivales, " considéré un peu trop vite que ce virus avait disparu", tandis que lui-même ne " cess (ait) tout l'été d'appeler à la vigilance ". Tout le monde doit se mobiliser.

La semaine dernière, Le Canard enchaîné avait déjà annoncé que l'option d'un reconfinement régional ou encore d'un couvre-feu "n'est plus envisagé comme une virtualité", les autorités françaises s'y préparaient.

Avec Toulouse et Montpellier, qui basculent mardi, la France compte désormais neuf villes - dont les quatre plus grandes de France - et le département de la Guadeloupe en zone d'alerte maximale, synonyme de taux d'occupation des lits en réanimation à 30% et qui a pour conséquence la fermeture des bars, des salles de sport et un accueil limité dans les restaurants. "Nous sommes engagés dans une course d'endurance", a-t-il expliqué.

Quant à une limitation des rassemblements dans les espaces privés, Jean Castex a souligné que ce n'était "juridiquement pas possible" mais a appelé les Français à la prudence et au bon sens.

"C'est possible, si nous nous y mettons tous", a-t-il estimé. "Je le répète, tant pis, je ne suis pas ici pour plaire".

Le Premier ministre est également revenu sur cette déclaration faite sur France 2 le 25 septembre dans l'émission 'Vous avez la parole' et appelé d'ailleurs l'application Télécovid au lieu de StopCovid.

Jusqu'à présent, StopCovid, dans sa première version, a été téléchargée environ 2,6 millions de fois (à titre de comparaison, les versions allemande et britannique ont été téléchargées respectivement 18 et 16 millions de fois). 7969 personnes se sont déclarées positives via l'application depuis cette date, et 472 ont été alertées en tant que "cas contact ". Les craintes qui entouraient l'application Stopcovid après son lancement - bon maintenant qu'on l'a lancé, les français redoutent aussi peu cette application que les Polonais Jarulevsky en 1989.

Relance et contreparties: "un débat qui n'est pas illégitime mais."

"Il y a quelque chose qui ne va pas!" a tonné le Premier ministre. Il n'est pas illégitime.

Et les entreprises qui ont bénéficié d'aides ne seront pas obligées de licencier.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL