La ruée vers les vaccins — Grippe

Evrard Martin
Octobre 15, 2020

Et si la vaccination des soignants est fortement conseillée chaque année, elle l'est encore plus particulièrement aujourd'hui.

Alors que la France est touchée par la deuxième vague du Covid, la campagne de vaccination annuelle contre la grippe saisonnière débute ce mardi et devrait s'étendre jusqu'à fin janvier 2021. "Les enjeux sont plus forts que d'habitude".

Le discours des autorités semble avoir déjà marqué les esprits. Devant les comptoirs, les clients défilent toute la matinée pour se voir délivrer la précieuse boîte blanche et bleue contenant la piqûre. A Vernou-sur-Brenne (Indre-et-Loire), le responsable syndical des pharmaciens tourangeaux Nicolas Hay a lui aussi vu "beaucoup plus de personnes venir chercher leur vaccin dès le premier jour, au moins le double des années précédentes". Le Gouvernement avait promis 30% de stock de vaccins en plus, mais pour l'instant, nous ne les voyons pas, ces 30% de plus! "On a eu des recommandations des autorités de santé qui demandent que l'on vaccine en priorité, pendant 2 mois, les personnes fragiles, les personnes âgées de plus de 65 ans et les femmes enceintes, chez qui il y a un risque de complication grave de la grippe", confirme Catherine Vautrin, pharmacienne à la pharmacie Serrier de Montigny-lès-Metz (Moselle). "Et quand il y a une offre comme celle-ci, c'est plus simple, plus rapide et plus commode".

Pour cette campagne, environ 30 % de doses supplémentaires ont été commandées à l'échelle nationale.

Les autorités sanitaires veulent "couverture proche de 75%" pour la vaccination contre la grippe chez les personnes pour qui il est recommandé.

En Aveyron,
Début de la campagne de vaccination contre la grippe

Ce mardi matin, le pharmacien de Périgueux a vendu "au moins une vingtaine" de doses seulement aux personnes ayant obtenues un "bon" de leur caisse d'assurance maladie leur permettant de retirer gratuitement ce vaccin. C'est difficile de leur dire non. La fenêtre de tir pour produire un vaccin, c'est une course-poursuite. En Occitanie, lors de la campagne 2019-2020, 48,8 % des personnes fragiles ont reçu un vaccin avec un taux similaire (48,6 %) en Aveyron. "Seules une quinzaine de personnes sans bon se sont présentées". Elles seront prioritaires pour se faire vacciner par leurs médecins, une infirmière ou directement à la pharmacie.

Les personnes à risque et les professionnels de santé reçoivent un bon de prise en charge du vaccin.

Sont également prioritaires les plus de 65 ans, les personnes souffrant de pathologies chroniques (insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, diabète, insuffisance rénale, asthme, bronchopneumopathie obstructive.) et celles en obésité morbide (avec un indice de masse corporelle supérieur à 40).

"Si le vaccin est efficace et qu'il est sûr, oui, l'année prochaine, en mi-année, les Français pourront se faire vacciner", assure-t-il.
"Il existe un vrai risque de rupture d'approvisionnement qu'on ne peut pas écarter". La grippe fait néanmoins des victimes et touche dix millions de personnes par an au Japon.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL