" La Turquie reste attachée à une solution diplomatique en Méditerranée orientale " — Altun

Claudine Rigal
Octobre 13, 2020

La Turquie va renvoyer en mer Méditerranée orientale son navire d'exploration sismique controversé, y compris au sud de l'île grecque de Kastellorizo. En août et septembre, il avait été source d'un vif regain de tension entre les deux pays.

La Turquie a annoncé lundi qu'elle renvoyait en mer le navire Oruç Reis, qui doit être notamment déployé aux larges d'îles grecques pour rechercher du gaz naturel, ce qui avait déclenché de vives tensions diplomatiques et militaires et août et septembre.

Quelle est la réaction de la France à l'annonce par Ankara du retour prochain d'un navire d'exploration turc en Méditerranée orientale, dans des eaux revendiquées par la Grèce?

En écho aux échanges tendus quasi-quotidiens le mois dernier, le ministère grec des Affaires étrangères a condamné lundi la décision turque de déployer à nouveau l'Oruç Reis, la qualifiant de "menace directe à la paix et à la sécurité dans la région". Le Conseil européen du 1er octobre a appelé clairement la Turquie à s'abstenir d'actions unilatérales qui vont à l'encontre des intérêts de l'Union européenne et violent le droit international et les droits souverains des États membres de l'Union.

Lors d'un sommet plus tôt dans le mois, l'Union européenne (UE) avait menacé Ankara de sanctions si la Turquie ne mettait pas un terme aux activités d'explorations énergétiques dans des eaux revendiquées par Chypre et la Grèce. L'Oruc Reis avait toutefois regagné les côtes turques le mois dernier, et beaucoup espéraient y voir un signe de désescalade pour résoudre cette crise.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait alors affirmé que ce retrait visait à laisser une chance à la diplomatie.

Le conflit autour de cette île grecque, potentiellement riche en gaz naturel et à 2 kilomètres des côtes turques, ne date pas d'hier.

Le nouveau déploiement de ce navire est "une menace directe à la paix et à la sécurité dans la région", a estimé le ministre grec des Affaires étrangères dans un communiqué.

Mais les dirigeants turcs avaient déclaré que le navire allait simplement effectuer une maintenance prévue, et qu'il retournerait en Méditerranée orientale pour poursuivre son travail. Les derniers échanges ont eu lieu la semaine dernière lors d'une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères turc et grec.

La manoeuvre a tout l'air d'une nouvelle démonstration de force de la part d'Ankara.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL