"Le chef du patronat français: " il faut résister au chantage

Xavier Trudeau
Octobre 27, 2020

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a comparé lundi le traitement des musulmans en Europe à celui des juifs avant la Seconde Guerre mondiale, accusant certains dirigeants européens de "fascisme" et de "nazisme".

Une telle annonce a été faite après l'attaque terroriste qui a coûté la vie au professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, retrouvé décapité non loin du collège où il enseignait, après avoir montré à ses élèves de 4e des caricatures de Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression.

Quel est l'intérêt pour Recep Tayyip Erdogan de critiquer aussi ouvertement Emmanuel Macron?

De son côté, le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a qualifié les propos de M. Erdogan d'"inacceptables".

Ce week-end, Recep Tayyip Erdogan s'en est pris plusieurs fois à Emmanuel Macron, lui attribuant des problèmes de santé mentale et une haine de l'Islam. "Les Pays-Bas défendent résolument aux côtés de la France les valeurs communes de l'UE".

Le président français avait tweeté peu après: "La liberté, nous la chérissons; l'égalité, nous la garantissons; la fraternité, nous la vivons avec intensité". Le mélange de nationalisme et de populisme de ses propos envers Emmanuel Macron, et plus largement toutes ses ambitions internationales, sert à faire diversion auprès de l'opinion publique pour faire oublier les problèmes internes du pays. Emmanuel Macron sort ENFIN du silence!

Les appels au boycott se sont aussi multipliés: dès samedi soir, des produits français ont été retirés des rayons de supermarchés à Doha, au Qatar. "Les vidéos étaient accompagnées de hashtags #France Boycott ou "#Our Prophet is a red line" (Le prophète est notre ligne rouge).

Il y a deux semaines, le président turc avait déjà dénoncé comme une provocation les déclarations d'Emmanuel Macron sur le " séparatisme islamiste " et la nécessité de " structurer l'islam " en France.

Des appels à manifester ont été lancés pour lundi dans la bande de Gaza et mardi à Amman. C'est en résumé ce qu'a demandé Geoffroy Roux de Bézieux aux entreprises françaises.

Il a notamment appelé les entreprises françaises " à résister au chantage " d'un boycott des produits français dans plusieurs pays du Moyen-Orient, a-t-il affirmé, cité par l'agence de presse AFP.

Une femme portant un masque contre le coronavirus brandit une affiche disant en arabe: " Insulter le prophète Mahomet n'est pas de la liberté d'expression " lors d'une manifestation devant l'ambassade de France en Irak, à Bagdad, le 17 septembre 2020. Un appel qu'Ankara a appuyé ce lundi 26 octobre. "Rien ne nous fera reculer, jamais".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL