Le FMI un peu moins pessimiste pour l'économie mondiale en 2020

Xavier Trudeau
Octobre 13, 2020

L'organisation table désormais sur une contraction de 4,4% du produit intérieur brut (PIB) mondial cette année, alors qu'il prévoyait en juin une chute de 5,2%.

L'organisation basée à Washington s'attend encore pour la Belgique à ce que l'inflation reste basse cette année (+0,6%) et atteigne 1,2% en 2021.

La sortie de ce fléau qu'est le nouveau coronavirus sera probablement "longue, inégale et très incertaine", a-t-elle noté. "Il est essentiel que le soutien des politiques fiscales et monétaires ne soit pas retiré prématurément dans la mesure du possible".

Mais le rebond de la première économie mondiale en 2021 devrait lui aussi être moins soutenu, à 3,1% contre 4,5%.

"Avec le début prévu des exportations de pétrole en 2022 et le maintien de la vigueur de l'investissement, à moyen terme, la croissance devrait être de 9% en moyenne", a déclaré le Fonds le 07 octobre à l'issue de la sixième revue de l'accord en faveur du Niger au titre de la facilité élargie de crédit (FEC).

En 2021, le PIB mondial devrait croître de 5,2%, un rebond un peu moins marqué que celui anticipé il y a quatre mois, en partie à cause des graves difficultés auxquelles sont confrontées de nombreux pays émergents et du ralentissement actuel de la reprise avec la poursuite de la pandémie, précise le FMI dans ses nouvelles Perspectives économiques mondiales. "Les projections de croissance sous-entendent de larges écarts de production négatifs et des taux de chômage élevés cette année et en 2021, dans les pays avancés comme dans les pays émergents", indique le FMI. Aux États-Unis, la baisse atteindra 4,3% (au lieu de -8%).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL