Le gouvernement va finalement instaurer un "malus au poids" sur les véhicules

Xavier Trudeau
Octobre 15, 2020

Aujourd'hui, en France, seule la quantité de grammes de dioxydes de carbone (CO2) émis par kilomètre est prise en compte dans le bonus/malus écologique appliqué aux voitures.

Mais la ministre de la Transition Écologique, Barbara Pompili, vient de remettre cette taxation sur le devant de la scène en proposant de taxer les véhicules à partir de 1 800 kg et en prévoyant des exceptions. Cette taxation au poids était aussi l'une des 149 propositions des 150 citoyens de la Convention citoyenne qui proposaient la création d'une taxe au poids à 10 € par kg au-delà de 1.400 kg.

1 800 kg, ça reste une niche de voitures.

En revanche, des exonérations sont prévues pour les véhicules électriques et hydrogène et des ajustements devraient être mis en place pour les hybrides et les familles nombreuses car, souligne la ministre, "l'électrification du parc automobile est une priorité pour réduire les émissions de CO2 du secteur".

Depuis 2010, le poids moyen des voitures diesel a augmenté de 7%, et celui des essences de 14%, soit environ 100 kilos par véhicule, explique-t-on dans l'entourage de Barbara Pompili. "Les émissions de CO2 des véhicules ont diminué sans discontinuer entre 2009 et 2016, puis se sont stabilisés entre 2016 et 2019 malgré les évolutions des constructeurs", en raison de ces alourdissements, ajoute-t-on de même source.

Dans les propositions de la CCC, la mesure figurait avec un seuil plus bas, de 1.400 kg.

Le gouvernement a tranché: les véhicules les plus lourds seront bien pénalisés. C'est une question de cohérence de notre politique de lutte contre la pollution de l'air. "Dans le contexte économique actuel, je ne veux aucune augmentation d'impôt et je veux protéger les emplois industriels, les usines et le pouvoir d'achat des Français" avait-il déclaré aux Echos, fin septembre. Cette mesure, qui n'était pas soutenue par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, a fait l'objet d'un arbitrage de Matignon en faveur de la ministre, a confié l'entourage de celle-ci à l'AFP.

"Le signal doit porter sur l'ensemble de la filière".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL