Le Nobel de physique 2020 récompense des recherches sur les trous noirs

Alain Brian
Octobre 7, 2020

Roger Penrose, né en 1931 au Royaume-Uni, empochera la moitié des 10 millions de couronnes suédoises (€935.000) qui accompagnent la prestigieuse distinction, tandis que Reinhard Genzel, né en 1952 en Allemagne, et Andrea Ghez, née en 1965 à New York, se partageront l'autre moitié du prix. Andrea Ghez devient ainsi la quatrième femme à remporter un prix Nobel de physique.

Trois lauréats se partagent donc le prix Nobel de physique cette année, pour des découvertes sur l'un des phénomènes les plus mystérieux de l'univers. Pendant longtemps, les physiciens se sont demandé si les trous noirs étaient réels et pouvaient se former dans le cosmos ou s'ils n'étaient que des artefacts des équations de la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein.

Plusieurs études publiées au début des années 2000, et menées par ces équipes, estiment que cet objet invisible ferait environ quatre millions de fois la masse de notre Soleil, sur une zone plus petite que notre système solaire. Ils ont ainsi apporté une preuve indirecte de l'existence des trous noirs et de cette classe particulière d'astres supermassifs nichés au centre des galaxies.

Le trou noir, " on ne sait pas ce qu'il contient, on n'en a aucune idée, c'est pourquoi c'est aussi exotique, ça fait partie de l'intrigue, ça pousse les limites de notre compréhension", s'est elle enthousiasmée, jointe par téléphone par la Fondation Nobel. Leur formation est au cœur des recherches en astrophysique moderne. Une première image révolutionnaire avait été révélée au monde en avril 2019. L'astrophysique, ainsi que la physique quantique, centrés sur l'infiniment petit, étaient considérées comme favorites par les experts pour ce Nobel 2020.

Crise sanitaire oblige, le traditionnel banquet annuel, prévu en décembre à Stockholm, après la cérémonie de remise des prix, a été annulé.

Autres nobélisables: les nanocristaux, de même que les travaux des Américains Harry Gray, Richard Holm et Stephen Lippard sur le rôle des ions métalliques en biologie.

Suivront ces prochains jours les annonces des prix Nobel de chimie (ce mercredi), de littérature (ce jeudi), de la paix (ce vendredi) et de l'économie, de son nom officiel prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel (lundi prochain).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL