Nicolas Sarkozy mis en examen pour "association de malfaiteurs" — Financement lybien

Claudine Rigal
Octobre 17, 2020

"Première " infamante pour un ex-Président, l'accusation d'" association de malfaiteurs " s'ajoute à un chapelet d'incriminations qui enverront déjà Nicolas Sarkozy devant des tribunaux correctionnels cet hiver et au printemps prochain; à la suite de nombre de collaborateurs comme son ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant ou l'omniprésent " conseiller " Thierry Gaubert, condamnés à plusieurs reprises.

L'annonce a été faite, ce vendredi 16 octobre, par le parquet français financier.

"J'ai appris cette nouvelle mise en examen avec la plus grande stupéfaction (.)".

"Je finirai par prouver ma parfaite innocence".

" Cette mise en examen, inédite en France concernant un ancien président, souligne bien la dimension collective des faits qui lui sont reprochés, et permet de mettre l'accent sur le caractère complexe de cette affaire ", a souligné dans un communiqué l'association Sherpa, partie civile dans ce dossier.

Le 21 mars 2018, Nicolas Sarkozy est mis en examen pour "corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens". Il avait également été placé sous contrôle judiciaire.

Lors de sa dernière audition, en juin 2019, M. Sarkozy avait dénoncé un "complot" puis refusé de répondre aux questions des magistrats instructeurs, le temps de l'examen de recours visant à faire annuler l'enquête. Elle a ainsi presque entièrement validé les investigations lancées il y a huit ans dans cette affaire aux multiples ramifications. Pour rappel, dans cette affaire, révélée par Médiapart, Nicolas Sarkozy et ses équipes sont soupçonnés d'avoir bénéficié d'un versement de 50 millions d'euros de la part du régime libyen du dictateur Mouammar Kadhafi. Durant les années qui ont suivi, les magistrats ont également réuni plusieurs indices troublants comme des témoignages de dignitaires libyens, des notes des services secrets de Tripoli, et les accusations d'un intermédiaire...

Neuf mise en examen ont déjà été prononcées.

Sa comparution devant le tribunal est prévue du 23 novembre au 10 décembre, rapporte l'agence de presse AFP.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL