OM : Rami dézingue Eyraud... sans le nommer

Pierre Vaugeois
Octobre 14, 2020

Désormais joueur au Boavista, Adil Rami ne fait pas dans la demi-mesure dans une vidéo sur Instagram partagée par L'Equipe, avec son ton comme d'habitude pour le moins décalé: "Pour mes lillois préférés, je voulais vous encourager, vous donner beaucoup de force, un derby ça se joue pas les gars, ça se gagne, chaque mètre, chaque duel compte, je vous le dis, on les aura les méchants!".

Alors qu'il est sous contrat avec Boavista, Adil Rami sort son livre qui revient sur sa carrière, pourtant pas encore terminée. Unai Emery (Valence, Séville) et Didier Deschamps sont mes plus belles rencontres.

"Deschamps, j'avais du mal avec lui au début. Je ne pouvais pas l'encadrer, pire, je le haïssais, maintenant, je le remercie". Avec un homme dans son viseur: "son ancien président, Jacques-Henri Eyraud".

"Il m'a manqué de respect et les gens ne connaissent pas les vraies raisons de mon départ de l'OM". J'adore manger. Quand j'étais moyen c'est que j'avais deux ou trois kilos de trop [.] C'est dommage car quand je suis à 100 % physiquement, aucun attaquant au monde ne me fait peur. C'était un bon coach, on ne s'est pas aidés mutuellement lors de la deuxième saison à l'OM. Je lui pardonne car j'ai fait le con et lui aussi. "Comme 'Pipeau' Inzaghi, un coach catastrophique à Milan". "Il faut que j'arrête d'être rancunier envers lui car j'ai rencontré des personnes bien pires". Je ne peux pas en parler, mais un jour, on saura la vérité, a-t-il tonné dans Le Figaro. 'Coach, je dois aller aux trophées UNFP dimanche, et lundi j'aimerais bien avoir ma journée."Ok Adil, comme tu es blessé et que tu ne t'entraînes pas avec le groupe, tu vois ça avec le doc, c'est à lui de décider'", a ajouté Rami.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL