Un commissariat du Val-de-Marne attaqué à coups de mortier d’artifices

Pierre Vaugeois
Octobre 12, 2020

L'attaque d'un commissariat en banlieue parisienne samedi soir par une quarantaine de personnes qui ont tiré des mortiers d'artifice, sans faire de blessés, a déclenché un vif émoi chez les policiers français et les foudres de l'opposition de droite qui appelle à la fermeté.

Invité ce lundi matin sur franceinfo, le Premier ministre promet des "arrestations " à Champigny-sur-Marne. Véhicules de police dégradés et feux de poubelles. "Il n'est pas admissible que des voyoux se sentent libres de faire ce qu'ils veulent dans le quartier du Bois L'Abbé", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle comptait se rendre sur place plus tard dans la journée. 40 individus attaquent le commissariat. Aucune interpellation n'a été opérée.

Après cette attaque, Valérie Pécresse a demandé des renforts pour appuyer les forces de l'ordre à Champigny-sur-Marne.

Ce nouvel incident survient alors que deux policiers avaient déjà été blessés par balles dans la nuit de mercredi à jeudi dans le Val-d'Oise, au nord de Paris. D'après une source proche de l'enquête, le policier le plus grièvement blessé est dans un état stable mais toujours en coma artificiel. Les enquêteurs sont à pied d'œuvre pour identifier les fauteurs de trouble.

Le maire de Champigny-sur-Marne Laurent Jeanne a décrit sur BFM TV "une attaque en bande organisée avec une volonté d'en découdre, de casser du flic". "Ils ont cartonné un mec, un petit jeune du quartier, ils lui ont foncé dedans", a-t-il expliqué "Ils lui ont cassé le fémur, il est encore à l'hôpital", a-t-il encore indiqué.

Le président Emmanuel Macron, qui doit faire face à une élection présidentielle dans moins de deux ans, a été critiqué par les opposants pour crime et sécurité publique depuis son arrivée au pouvoir en 2017 et les sondages d'opinion montrent que le public considère son gouvernement comme le plus faible sur ces questions. La préfecture de police de Paris a déclaré sur Twitter dimanche: "violente attaque hier soir contre le commissariat de Champigny avec des tirs de mortier et divers projectiles".

Le syndicat Alliance a aussitôt dénoncé cette attaque. "Il est grand temps que le gouvernement se saisisse des violences commises contre les forces de l'ordre (.) Plus personne ne respecte les forces de l'ordre et le gouvernement n'a pas réussi malheureusement à inverser cette tendance", a réagi son délégué général, Frédéric Lagache.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL