Un Tchétchène de 22 mis en examen pour apologie d'actes terroristes — Blois

Pierre Vaugeois
Octobre 26, 2020

Ce commentaire signalé par un internaute sur la plateforme Pharos, avait conduit jeudi à son interpellation à l'université de Besançon et à son placement en garde à vue.

D'origine tchétchène, le jeune homme est né en Russie et était domicilié à Blois. Sur Twitter, un compte a rapidement attiré l'attention des services de renseignement, en tenant des propos faisant l'apologie de l'acte terroriste.

Une perquisition à son domicile a aussi permis de découvrir de nombreux couteaux. Sur son compte Twitter, l'individu avait notamment "liké" la photo de Samuel Paty décapité.

Il avait déjà été condamné en 2017, lorsqu'il était mineur, pour des faits d'apologie d'actes terroristes, après les attentats de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo en janvier 2015 à Paris, selon le procureur de la République de Blois, Frédéric Chevallier. Selon le parquet, il a nié toute radicalisation, et a parlé "d'incompréhension" sur le sens de ses écrits.

Douze mois de prison dont deux ferme, pour un jeune Toulousain de 20 ans qui a diffusé sur les réseaux le tweet du terroriste qui contenait la photo de la décapitation de Samuel Paty, cet enseignant assassiné pour avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo à ses élèves. Ce matériel doit être étudié plus amplement par les enquêteurs, afin de mettre au jour de potentiels liens "avec d'autres personnes susceptibles d'intéresser l'enquête", ajoute le parquet.

"Au terme des nombreuses investigations menées dans le temps de la garde à vue, le jeune homme était déféré ce dimanche matin 25 octobre 2020 devant le magistrat du parquet de permanence de Blois qui ouvrait une information judiciaire du chef d'apologie d'actes terroristes aggravée par la circonstance que ces faits ont été commis en utilisant un service de communication au public en ligne".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL