YouTube prépare le terrain pour les vaccins contre la COVID-19

Evrard Martin
Octobre 14, 2020

La plateforme de vidéos de Google a mis à jour mercredi ses règles sur le retrait des fausses informations liées à la pandémie.

Le réseau social a fait face à des pressions pour sévir contre les théories du complot anti-vaccins et la désinformation qui a imprégné sa plate-forme. Aussi, les messages publicitaires contre ou en faveur de la législation ou des décisions gouvernementales au sujet des vaccins, notamment du vaccin contre le COVID-19, seront toujours autorisées, selon ce message.

Facebook a fait savoir mardi qu'il interdirait désormais les annonces cherchant à dissuader les utilisateurs d'aller se faire vacciner.

Le groupe californien va aussi lancer une campagne d'information aux États-Unis sur le vaccin contre la grippe saisonnière, pour aider ses utilisateurs à se faire vacciner.

"Alors que les experts en santé publique s'accordent à dire que nous ne disposerons pas d'ici un moment d'un vaccin disponible à grande échelle contre le Covid-19, nous pouvons prendre des mesures pour rester en bonne santé et en sécurité". Plusieurs laboratoires mènent actuellement des essais cliniques.

Les Etats-Unis ont pré-commandé des centaines de millions de doses auprès des sociétés Pfizer et Moderna, mais aussi auprès d'AstraZeneca, Johnson & Johnson, Novavax et Sanofi, afin de s'assurer des livraisons rapides de la part du, ou des, candidats qui se révéleront gagnants. Le nombre de demandes d'exemptions vaccinales a augmenté en 2017-2018 pour la troisième année scolaire consécutive aux États-Unis.

Une très grande étude portant sur plus de 650 000 enfants danois suivis sur plus d'une décennie est pourtant parvenue à la même conclusion que plusieurs études précédentes: le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) n'augmente pas le risque d'autisme, contrairement à ce qui est colporté sur les réseaux sociaux.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL