Covid-19 : les courbes des hospitalisations se stabilisent en France

Claudine Rigal
Novembre 16, 2020

"C'est une bonne nouvelle".

"Le virus commence à moins circuler, grâce au confinement, comme au mois de mars", a déclaré Olivier Véran dimanche 15 novembre, dans un entretien au groupe Ebra qui rassemble neuf quotidiens régionaux dont L'Est républicain, Le Progrès, Dernières Nouvelles d'Alsace et Le Dauphiné libéré.

Le ministre de la Santé s'est voulu optimiste en s'appuyant sur une baisse des marqueurs épidémiques: "Depuis dix jours consécutifs, le nombre de nouveaux diagnostics de Covid-19 diminue, le taux de positivité des tests et le taux d'incidence baissent".

" La pression sanitaire est tellement élevée dans certaines régions, comme en Auvergne-Rhône-Alpes, mais pas seulement, qu'il est nécessaire de transférer des malades d'un bout à l'autre du pays par avion alors que c'est une mécanique extrêmement complexe qui met en tension l'ensemble des équipes", a constaté Olivier Véran, après s'être entretenu avec les équipes du Samu et de l'hôpital lyonnais Edouard Herriot.

Coronavirus: la situation en France
Coronavirus: la situation en France AFP Simon MALFATTO

Quant au nombre d'entrées en réanimation et en services de soins intensifs, il a été, ce dimanche, au plus bas depuis trois semaines, avec 270 entrées en 24 heures selon les chiffres enregistrés par Santé publique France. 4880 patients sont en ce moment en réanimation, le chiffre stable depuis vendredi ce qui pourrait indiquer que le plateau a été atteint. Enfin un plateau? Les projections des scientifiques au début de ce second confinement envisageaient un pic vers la mi-novembre. Malgré une fiabilité moins grande que celle des tests PCR, Olivier Véran "croit beaucoup aux tests antigéniques" car ils font gagner un "temps précieux" dans la détection des personnes positives au Covid-19.

Pour lui, " un test antigénique positif assure le diagnostic.

Après la flopée d'annonces la semaine dernière sur la progression de vaccins contre le Covid-19, Olivier Véran avance là aussi avec prudence. "Si nous disposons de plusieurs vaccins, nous ferons le choix de ceux qui nous paraissent les plus sûrs et les plus efficaces", a affirmé Olivier Véran tablant sur la possibilité que "d'ici le début de l'année prochaine, trois ou quatre laboratoires pourraient (.) demander une autorisation de mise sur le marché".

"Une campagne de vaccination ne commencera que quand nous aurons toutes les garanties de vacciner en toute sécurité la population".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL