Des cas détectés en Corse-du-Sud — Grippe aviaire

Claudine Rigal
Novembre 21, 2020

A la suite de la découverte du foyer d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de souche H5N8 dans le rayon animalerie d'une jardinerie de Lucciana, des mesures ont immédiatement été mises en oeuvre par l'État pour identifier l'origine de la contamination et la circonscrire.

La préfecture Yvelines a par conséquent pris des mesures: claustration ou protection des élevages de volailles par un filet avec réduction des parcours extérieurs pour les animaux obligatoire, interdiction de rassemblements d'oiseaux (concours, foires ou expositions), interdiction de l'organisation de rassemblements et la participation des volailles originaires des zones concernées dans les zones au risque "négligeable ". En Corse, des abattages préventifs d'oiseaux ont été réalisés dans des basses-cours en raison de liens épidémiologiques établis avec le premier foyer identifié et donc de suspicions fortes de contamination, souligne le ministère. "La mise en œuvre de ces mesures est une condition indispensable pour limiter la propagation du virus et éviter au maximum qu'il atteigne les filières avicoles professionnelles". Par arrêté en date du 16 novembre 2020, le ministre chargé de l'Agriculture et de l'Alimentation a décidé de relever le niveau de risque épizootique à " élevé " sur l'ensemble du territoire métropolitain. La maladie est déjà apparue dans d'autres pays tels que la Russie, le Kazakhstan, les Pays-Bas, l'Irlande ou la Grande Bretagne. Ces derniers jours, des cas ont aussi été détectés au Danemark, où 25 000 volailles ont été abattues, ainsi qu'en Belgique.

Le ministère de l'Agriculture rappelle que l'influenza aviaire n'est "pas transmissible à l'homme par la consommation de viande d'origine aviaire, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL