Donald Trump gracie son ancien conseiller Michael Flynn

Claudine Rigal
Novembre 26, 2020

Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi sur Twitter avoir gracié son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, accusé d'avoir menti au FBI lors de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016.

Il n'est pas surprenant que Trump parte comme il est arrivé - corrompu jusqu'à la fin.

Cette grâce est injustifiée, contraire aux principes et laisse une tache supplémentaire sur le bilan de Donald Trump.

Le Président sortant américain a pris la décision de gracier son ex-conseiller Michael Flynn, ancien général de 61 ans qui avait plaidé coupable en 2017 d'avoir menti à la police fédérale au sujet de ses contacts avec un diplomate russe.

Les médias américains prévoient que cette grâce présidentielle sera la première d'une longue série avant le départ de Donald Trump de la Maison-Blanche, dans une cinquantaine de jours.

A l'inverse, son homologue au Sénat, le républicain Lindsey Graham, a félicité Donald Trump pour "son très bon usage de son pouvoir de grâce".

Il avait ensuite dit vouloir renoncer à cette reconnaissance de culpabilité. L'an dernier, menacé d'une peine de six mois de prison, il avait changé d'avocats et de stratégie de défense.

Le dossier Flynn était l'une des causes les plus importantes ayant découlé de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans la présidentielle de 2016 et une éventuelle coordination entre Moscou et le camp Trump.

"C'est mon grand honneur d'annoncer que le général Michael Flynn a bénéficié d'une grâce complète", a tweeté le président américain qui doit quitter la Maison Blanche le 20 janvier.

Au cours de l'enquête, Michael Flynn avait accepté de collaborer avec le FBI, et le procureur spécial Robert Mueller, responsable de l'enquête sur la Russie, n'avait sollicité aucune peine d'emprisonnement pour l'ancien collaborateur du président, invoquant son aide considérable dans l'investigation. Il avait rapidement dû démissionner pour avoir également menti au vice-président Mike Pence. Il a reconnu sa culpabilité. Il n'y avait rien à cacher! avait-il ajouté.

Le ministère a ainsi offert une victoire politique à M. Trump, qui a répété que Michael Flynn "était innocent".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL