" "La Gambie salue l'action " pacifique " et " décisive " du Maroc — Guerguerate

Claudine Rigal
Novembre 17, 2020

Le chaos provoqué par les miliciens du polisario à Guergarate a laissé place à l'ordre et à la loi. C'est donc après avoir accordé tout le temps nécessaire aux bons offices, que le Royaume du Maroc, en ce vendredi 13 novembre 2020, "a décidé d'agir... pour mettre fin à ces actes de défiance... et de torpillage à la légalité internationale", interpellant de fait " le "Polisario" à en assumer, seul, l'entière responsabilité et les pleines conséquences".

Le Front Polisario a décrété "l'état de guerre" en réaction à une opération de l'armée marocaine dans une zone-tampon de l'extrême sud du Sahara occidental pour rétablir le trafic routier coupé par des indépendantistes sahraouis au niveau du poste-frontière de Guerguerat. Il n'a pas manqué de relever que "ces agissements documentés constituent de véritables actes prémédités de déstabilisation qui altèrent le statut de la zone, violent les accords militaires et représentent une menace réelle à la pérennité du cessez-le-feu".

Pour le Polisario, cette intervention a sonné la fin du cessez-le-feu signé en 1991 sous l'égide de l'ONU, après quinze ans de combat. "À la même source, le Maroc a précisé qu'il ne s'agissait que " de provocations " et " de harcèlements ". Avant leur retrait, ces derniers ont délibérément incendié leurs tentes où ils étaient en embuscade.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères du Sultanat a noté que le pays réitère son soutien aux efforts déployés par les Nations Unies pour instaurer la paix et la stabilité dans cette région. Dans ce sens, plusieurs pays ont déclaré leur soutien au Royaume.

Des négociations impliquant le Maroc, le Polisario, l'Algérie et la Mauritanie sont au point mort depuis 2019.

Cette opération a été menée selon des règles d'engagement claires prescrivant d'éviter tout contact avec les personnes civiles.

Intervenant dimanche, lors d'un meeting populaire virtuel du PJD sur la sécurisation du passage d'El Guerguarat, El Otmani a insisté que cette opération aura un impact bénéfique aussi bien sur la population et le trafic commercial que sur les relations entre le Royaume et sa profondeur africaine.

La réouverture de la frontière a été confirmée de source sécuritaire mauritanienne et par un haut responsable marocain.

Dans un communiqué, le Bahreïn a réduit l'armée sahraouie à des " milices " Oman a transformé le Maroc en victime et les Emirats Arabes Unis se projettent dans l'avenir en affichant son soutien à toutes les prochaines actions que pourrait entreprendre le Maroc.

De son côté, le ministère jordanien des affaires étrangères et des expatriés a indiqué: "Le royaume de Jordanie se tient aux côtés du royaume frère du Maroc dans toutes les démarches qu'il entreprend pour protéger ses intérêts nationaux, son intégrité territoriale et sa sécurité ".

La Gambie a également affirmé " s'aligner sur les efforts des Nations-Unies dans la recherche d'une solution politique, diplomatique et durable à la question du Sahara marocain ".

L'Arabie Saoudite et la Jordanie ont justifié leur soutien inconditionnel au Maroc par le fait qu'il s'agirait, selon eux, de ce qu'ils qualifient de "provocations dangereuses de la milice du Polisario ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL