La technique du cousu-retourné est un savoir-faire au service du grand retour de la charentaise "made in France"

Xavier Trudeau
Novembre 17, 2020

Olivier Rondinaud, contacté peu après la diffusion de "Touchez pas à la charentaise", 30 minutes d'un reportage intimiste qui retrace le projet de l'arrière petit-fils de l'aventure Rondinaud et Michel Violleau pour sauver la charentaise, symbole du savoir-faire charentais et français, était un peu perdu: "C'est de la folie depuis quelques minutes.je réponds entre deux SMS et quatre appels". Sur la mousse qui permet un confort chaleureux, est-ce du volume. La plupart du temps, le Français est représenté avec le béret, le pain... et les pantoufles.

La charentaise a vu le jour au XVIIe siècle, sous le règne du roi Louis XIV. Pour fabriquer la semelle légendaire, les artisans ont eu l'idée de récupérer le feutre issu de la fabrication du papier. "Pour les pantoufles, ils ont utilisé des bouts de tissu de l'uniforme de la marine". Le tissu pied-de-poule représente le style charentais de nos ancêtres et il y a des clients qui ont encore besoin de ce tissu, de cette qualité, de ce design", explique Oliver, " Rondinaud est au milieu de la collection futuriste avec de multiples motifs et couleurs existants.

Le marché de niche de la charentaise est estimé à 100 000 paires par an et cela rentre dans les capacités de la nouvelle entreprise: " Ce qui est demandé aujourd'hui, c'est d'avoir des produits qualitatifs, soit la véritable charentaise. La doublure est en laine et l'assemblage, c'est du coton. Non seulement, ils ne pouvaient se résoudre à voir disparaître un objet du patrimoine national mais en plus, ils sont convaincus qu'il seront portés par le retour du " made in France ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL