Le discours de haine coûte cher à CNews

Pierre Vaugeois
Novembre 22, 2020

Selon la branche française de Sleeping Giants, collectif citoyen né aux États-Unis qui lutte contre le financement du discours de haine, Decathlon avait décidé jeudi de retirer ses publicités parce que "l'orientation délétère de CNews ne peut plus être ignorée".

" Les marques achètent des emplacements des mois à l'avance, et sont souvent surprises d'être associées à des programmes qui ne correspondent pas du tout à leurs valeurs ", indiquait l'an dernier le collectif Sleeping Giant à 20 Minutes. " En effet nous avons retiré nos publicités de CNEWS en cette fin d'année ", a répondu l'entreprise.

Décathlon confirme également auprès du magazine LSA, "un retrait immédiat et pour la fin de l'année", sans donner plus d'explications sur les raisons de cette décision, ni sur la possibilité évoquée par Sleeping Giants de la prolonger sur l'année 2021. Le parquet de Paris a notamment ouvert une enquête, début octobre, pour "provocation à la haine raciale" et "injures publiques à caractère raciste" après les propos du polémiste Eric Zemmour qui a qualifié les mineurs isolés étrangers de "voleurs", "assassins" et " violeurs" sur la chaîne.

Plusieurs internautes ont au contraire salué la démarche de Décathlon.

Députée européenne et membre du parti Les Républicains, Nadine Morano a réagi vivement au tweet de Decathlon: "Vous n'avez pas honte Decathlon? Je regarde Cnews mais je quitte Decathlon!" a-t-elle déclaré dans un tweet.

Le mot-clé #BoycottDecathlon était au sommet des tendances sur Twitter samedi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL