Les coiffeurs et esthéticiennes n'ont pas le droit d'exercer à domicile — Confinement

Xavier Trudeau
Novembre 2, 2020

Finalement non. Par souci d'équité par rapport aux salons qui sont tenus de fermer boutique jusqu'au déconfinement, Bruno Le Maire a précisé ce matin sur l'antenne d'RTL que les coiffeurs à domicile devront également cesser leur activité pendant le confinement " Ce n'est pas compréhensible pour un salon de coiffure qui a fait tous les efforts pour s'adapter aux règles de sécurité sanitaire (...) que dans le même temps, vous puissiez avoir des coiffeurs à domicile", a -t'il expliqué.

Une autre mesure qui fait l'objet des discussions avec le chef du gouvernement, présent ce soir au 20h00 de TF1, est la fermeture dans les grandes surfaces "des rayons de produits qui ne sont pas de première nécessité".

Pour la fédération de la grande distribution (FCD), c'est une solution "perdant-perdant". "C'est une décision qui va affaiblir le petit comme le grand commerce, en laissant le champ libre à des acteurs comme Amazon", a déclaré dimanche soir son délégué général Jacques Creyssel à l'AFP. "Nous vendons du dentifrice et le mascara qui est à côté ne pourra pas être vendu", a souligné M. Creyssel.

Il compte sur "le sens de responsabilité des Français" pour respecter cette consigne. Ils craignent notamment de rater la période de Noël, au profit du commerce en ligne et des grandes surfaces.

Mais de nombreux libraires exigent toujours de rester ouverts, certains bravant l'interdiction.

Bruno Le Maire a affirmé sur BFM TV qu'il allait avec Jean Castex prendre les décisions nécessaires dans les prochaines heures pour "rétablir l'équité entre les petits commerces et les grandes surfaces".

Le maire de la ville d'Yerres, dans l'Essone, fait partie de ces élus qui ont pris des arrêtés municipaux pour autoriser la réouverture des petits commerces.

Bruno Le Maire a dénoncé dimanche "cette poignée de maires irresponsables" qui "pensent qu'ils soutiennent les commerçants". "Il en va de la survie de nos commerçants", a-t-il conclu.

Les tarifs postaux seront "considérablement diminués" pour les envois de livres commandés en librairies, a annoncé ce lundi la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, par ailleurs hostile aux plateformes numériques.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL