L'ouragan Iota, de catégorie 4, est arrivé sur les côtes — Amérique centrale

Claudine Rigal
Novembre 18, 2020

Tunisie-Tribune (L'ouragan Iota de catégorie 4) - Iota, rétrogradé en catégorie 4, a atteint l'est du Nicaragua lundi soir.

Au moment de la rédaction de cet article, l'imagerie satellite montre l'oeil de Iota toucher terre sur la région autonome nicaraguayenne de la Côte caraïbe nord en pleine nuit.

Iota est désormais accompagné de vents soufflant à une vitesse maximale de 260 km/h et représente une 'menace mortelle' pour l'Amérique centrale, a annoncé le Centre national américain des ouragans (NHC), basé à Miami.

Au Honduras et au Nicaragua, les dégâts "pourraient être aggravés par les effets récents de l'ouragan Eta " qui a fait au moins 200 morts et affecté 2,5 millions de personnes en Amérique centrale, souligne le NHC. "L'ouragan, le 13e de l'année à frapper l'Amérique centrale, menace des zones au Honduras et au Nicaragua de " pluies torrentielles ", de " vents extrêmement violents " et de " submersions côtières dangereuses", selon les météorologues américains.

Enfin, le Salvador s'est mis en alerte jaune (intermédiaire) et les autorités ont appelé la population à se préparer à l'arrivée du cyclone.

"Des arbres sont tombés, ainsi que des pylônes électriques, des toits de maisons se sont envolés et un hôtel a perdu toute sa toiture ", a indiqué le directeur des services nicaraguayens de protection civile (Sinapred), Guillermo Gonzalez.

Des milliers d'habitants de Bilwi restaient isolés mardi, privés de télécommunications, d'eau et d'électricité. Environ 2,5 millions de personnes ont été affectées, selon les estimations officielles.

A Bilwi, au Nicaragua, ville portuaire de plus de 40'000 habitants, principalement des indiens Miskitos et des descendants d'Africains, beaucoup se sont efforcés dimanche de renforcer les toits de leurs frêles maisons de bois.

" Jamais nous n'avons vu auparavant des ouragans se succéder ainsi en si peu de temps", se désespérait Silvania Zamora, une habitante de Bilwi". "Certains ont de vieilles petites maisons et nous risquons de tout perdre", a-t-elle expliqué".

Les autorités ont ordonné aux habitants de quitter les lieux, mais beaucoup refusent de se rendre dans les refuges déjà saturés par crainte du Covid-19.

La tempête tropicale a fait son entrée au Honduras dans le département de Paraiso, dans l'est du pays, rapporte Le Figaro.

L'institut météorologique guatémaltèque prévoit une hausse des précipitations mercredi et jeudi sur tout le pays sur des sols déjà détrempés, propices à de nouvelles inondations, glissements de terrain et dégâts aux infrastructures routières.

Le pays a été durement frappé par Eta, et 40.000 personnes sont toujours réfugiées dans des centres d'hébergement. En prévision du fort risque de crues soudaines des cours d'eau, le gouvernement du Honduras a fermé les principales routes du pays jusqu'à mercredi.

La saison des ouragans chargée et la prévalence de fortes tempêtes sont en partie dues à changement climatique, qui augmente la température des océans et alimente les tempêtes tropicales.

Lundi, les chefs d'Etat d'Amérique centrale, qui accusent les pays industrialisés d'être responsables du réchauffement climatique, ont présenté conjointement une demande d'aides pour la reconstruction aux organismes financiers internationaux.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL