Mort d’Elisa Pilarski : Brigitte Bardot vole au secours du chien Curtis

Pierre Vaugeois
Novembre 18, 2020

L'ancienne actrice a écrit une lettre ouverte à Éric Dupond-Moretti, prenant la défense de l'animal.

Brigitte Bardot a écrit au ministre de la Justice pour prendre la défense du chien Curtis, désigné coupable dans la mort d'Elisa Pilarski, jeune femme de 29 ans, enceinte, retrouvée morte en forêt en 2019. Curtis est un American Pitbull Terrier, acheté dans un élevage aux Pays-Bas.

Rappelant également que le 24 février dernier, Frédérique Trinh (qui n'est plus procureur de la République de Soissons aujourd'hui, ndlr), déclarait dans un communiqué basé sur le rapport d'autopsie que "le décès de Madame Pilarski est survenu après un choc hémorragique consécutif à de multiples plaies, dont les caractéristiques suggéraient l'action d'un ou, plus probablement, de plusieurs chiens au regard de la répartition des plaies, de leurs différences de morphologies et de leurs profondeurs".

Une affaire qui a aussi été l'occasion de voir monter au créneau les anti et les pro chasse, ce que regrettait encore dernièrement la famille d'Elisa, qui, par la voix de son avocate, réclamait un retour au calme, afin que l'instruction du dossier se fasse sereinement.

Les tests ADN et les expertises vétérinaires " tendent à démontrer l'implication exclusive " de Curtis.

Pointant encore une fois à demi-mots les limiers de l'équipage de chasse à courre présents ce jour-là en forêt de Retz et dont certains seraient morts et enterrés d'après le compagnon de la malheureuse victime, qui réfute les preuves scientifiques accusant Curtis, le chien du couple, BB soutient le canidé-tueur en disant qu'il est le "coupable idéal " et accusant les chiens de chasse qui "représentent un réel danger " à ses yeux, affirmant au passage dans sa lettre que les accidents sont fréquents avec ces meutes! Et il vient de recevoir un soutien de taille.

Après avoir demandé à Eric Dupond-Moretti, fidèle défenseur de la chasse et de la corrida, de mettre ses convictions d'homme de côté, Brigitte Bardot fait appel au ministre.

Pour Brigitte Bardot, toutefois, il n'existe pas suffisamment de preuves pour accuser le chien de la mort d'Elisa. "Nous avons besoin de connaître la vérité, cette affaire dramatique a encore bien trop de zones d'ombre sur lesquelles il faut faire la lumière", poursuit la présidente de la Fondation qui porte son nom, concluant par: "il serait doublement criminel d'accuser et de condamner à mort un innocent".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL