Trump, niant toujours sa défaite, intervient au sommet de l'Apec

Claudine Rigal
Novembre 22, 2020

Ils ne devraient en conséquence pas jouer un rôle proactif cette année à l'Apec, laissant d'une certaine manière la voie libre à la Chine qui a toute lattitude pour défendre sa propre vision des échanges commerciaux.

La Chine est devenue le principal moteur du forum économique ces dernières années après que Washington a commencé à se retirer des organisations multilatérales sous l'impulsion de Donald Trump et de sa politique " America first ". L'Asie-Pacifique est "aux avant-postes de la croissance" d'un monde frappé par de "multiples défis", dont la pandémie de Covid-19, a déclaré jeudi en ouverture de ce sommet le président chinois Xi Jinping. Mais Donald Trump, occupé à contester sa défaite électorale devant Joe Biden, n'a pas participé aux sommets avec les leaders asiatiques de l'Asean de ces dernières semaines. Il n'y a " pas de développement sans ouverture ", a lancé le président chinois dès l'ouverture du sommet.

Il devrait s'adresser aux dirigeants du Forum au cours d'une allocution qui sera pour l'essentiel fermée aux médias, selon les organisateurs en Malaisie.

"Trump voudra, bien sûr, saisir cette opportunité pour se présenter comme un président en exercice et en tirer des bénéfices de politique intérieure", a-t-il indiqué à l'AFP.

"La Chine a montré son engagement en faveur de la coopération internationale, de l'ouverture, du libre-échange fondé sur des règles et du multilatéralisme, qui sont importants pour la reprise économique mondiale", a-t-il déclaré.

Le président américain a adopté une ligne dure avec la Chine pendant son mandat, en imposant à la deuxième économie mondiale une série de surtaxes douanières et de barrières à son secteur technologique alors que l'administration de Joe Biden devrait avoir une position plus nuancée envers la Chine.

Ce Partenariat régional économique global (RCEP), dans lequel ne figure ni les États-Unis ni l'Inde, est vu comme une victoire pour Pékin.

Ce sommet de l'Apec intervient moins d'une semaine après la signature du plus vaste accord de libre-échange au monde entre la Chine et 14 autres pays d'Asie-Pacifique.

Dans la perspective de la réunion de vendredi, plusieurs dirigeants de l'APEC ont mis en garde contre le protectionnisme alors que le monde est aux prises avec l'impact économique du nouveau coronavirus. En 2018, lors du dernier sommet, les dirigeants du pourtour Pacifique avaient même échoué à se mettre d'accord sur une déclaration commune.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL