Un traitement novateur autorisé en urgence aux États-Unis

Claudine Rigal
Novembre 22, 2020

Le traitement aux anticorps de Regeneron est le deuxième traitement aux anticorps synthétiques à recevoir une " autorisation pour une utilisation en urgence " (EUA) de la FDA.

Le traitement en question a connu une hausse de popularité après que le président lui-même en fasse l'éloge après qu'il se soit rétabli du coronavirus.

Le traitement repose sur une conjonction de deux anticorps de synthèse, et réduit les hospitalisations liées au coronavirus ou les consultations aux urgences chez les patients présentant des maladies secondaires ou " comorbidités ", indique la FDA.

"Les anticorps monoclonaux sont des protéines fabriquées en laboratoire qui imitent la capacité du système immunitaire à combattre des agents pathogènes nocifs tels que les virus".

L'efficacité du traitement est surtout constatée pendant la phase initiale de l'infection, et non pendant la deuxième phase où le virus s'attaque aux poumons et à d'autres organes. Une thérapie similaire développée par la société américaine Eli Lilly avait déjà obtenu ce statut le 9 novembre.

Cette nouvelle tombe au moment où les États-Unis, le pays le plus touché du monde en valeur absolue, a franchi samedi la barre des 12 millions de cas recensés d'infection au nouveau coronavirus, selon les chiffres actualisés en continu de l'Université Johns Hopkins.

La pandémie, qui a fait plus de 255 000 morts aux États-Unis, y est en phase exponentielle, selon les autorités sanitaires.

Regeneron a déjà signé plusieurs contrats avec le gouvernement américain pour la fabrication des doses à grande échelle aux Etats-Unis.

L'Italie, où la pandémie a fait plus de 48.000 morts, entamera fin janvier une "campagne de vaccination sans précédent" en commençant par les catégories de la population les plus exposées, a annoncé samedi le ministre italien de la Santé Roberto Speranza.

La pandémie a fait au moins 1.381.915 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi dimanche par l'AFP à partir de sources officielles.

En Europe, les confinements et autres restrictions imposés à la population dans de nombreux pays pour faire face à la deuxième vague épidémique commencent à porter leurs fruits.

A l'inverse, le Portugal a décidé de "renforcer" les restrictions pour endiguer l'épidémie, notamment en fermant les écoles et les administrations publiques les lundi 30 novembre et 7 décembre, à la veille de jours fériés.

Le G20 a promis dimanche de ne ménager "aucun effort" pour assurer la distribution équitable des vaccins contre le Covid-19 dans le monde et soutenir les pays pauvres dont les économies ont été ravagées par la crise, à l'issue d'un sommet virtuel organisé par Ryad.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL