Jusqu'à 6 000 personnes pourraient mourir... du cancer — Crise du Covid

Evrard Martin
Décembre 10, 2020

Les patients atteints de cancer figurent parmi les premiers à souffrir des conséquences de l'épidémie de Covid-19. Ils correspondront à un excès de décès de 1 000 à 6 000 patients dans les prochaines années, a-t-elle estimé dans un article publié mardi 8 décembre. Ils pointent une diminution de 23,3% du nombre de patients cancéreux pris en charge entre mars et juillet 2020 par rapport à la même période en 2019. L'étude a en revanche mentionné une réduction de 21 % en avril et mai que pour les patients nouvellement diagnostiqués et non pour ceux déjà suivis pour un cancer. En se basant sur le chiffre du réseau Unicancer (6,8% de retards de diagnostic), ils ont prévu qu'un millier de décès supplémentaires sera comptabilisé: tandis qu'en se basant sur le chiffre des hôpitaux de France (23,3%), le bilan des décès supplémentaires atteindra presque la barre des 6 000.

Cette estimation ne tient pas compte de l'éventuel impact de la deuxième vague de Covid-19. Toutefois, "on n'est pas du tout dans la même situation au 2e confinement qu'au 1er, les patients viennent", a indiqué à l'AFP Jean-Yves Blay, président d'Unicancer. Il appuie sur l'importance de ces données, selon lui les décès par cancer et les rechutes ne se verrons pas sur le long terme. En effet, les "patients cancéreux en cours de traitement actif" infectés par le nouveau coronavirus "ont une surmortalité de 15% à 30%" par rapport à la population générale, a rappelé Jean-yves Blay. Chaque année, 382.000 nouveaux cas de cancer sont détectés en France métropolitaine et 157.400 décès par cancer sont recensés.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL